Cours de psychologie

TD

I. Démarche Clinique – TD.

 

 

« La démarche clinique engage son travail dans l’espace ouvert par la demande. Et cet espace est celui d’un décalage, et est accueilli par un dispositif. »

 

1. Première partie de la phrase :

 

Qui parle ? (ex : des renseignements sur l’auteur, le situer).

On a toujours tendance à chercher en 1er le sens des mots.

 

En quoi l’hypothèse de l’inconscient vient transformer l’idée 1ère que l’on a de la phrase.

     - L’inconscient est le concept de base de la psychologie clinique.

     - Comment cette hypothèse peut être complexifiée ou donner des ouvertures vers d’autres informations.

 

→ S’appuyer sur des recherches de théoriciens, de cliniciens.

 

Freud dans les rêves découvre 2 types de contenus :

       - Le contenu manifeste → le souvenir du rêve au matin.

       - Le contenu latent → idées, désirs inconscients qui sont arrivés tant bien que mal à la conscience (et là arrive au contenu manifeste).

 

De qui vient la demande ?

      - Du concept ? De l’inconscient ? Il faut se méfier de l’évidence du discours.

      - Ici, l’évidence serait que la demande vienne du patient, mais si on suit l’hypothèse de l’inconscient, c’est aussi plus évident.

      - Celui qui sait, c’est le patient, mais il ne le sait pas. Le rôle du psychologue est de l’encourager à nous dire d’avantage (parler sans réfléchir si possible), à un moment le discours ne sera pas le même et le psychologue verra la différence et travaillera dessus.

 

→ Question de l’association d’idées.

 

Il y a 2 types de demande :

      - Demande consciente.

      - Demande inconsciente → il faut faire parler le patient pour le savoir.

 

Cette question de la demande est déjà plus complexe, et on ne peut y accéder que par l’inconscient.

Il peut y avoir une demande de l’entourage (ex : cela peut être compliqué lorsque les parents n’admettent pas, ne se remettent pas en question lorsque l’enfant ne va pas bien).

Demande qui peut aussi venir de la société, des institutions (ex : assistantes sociales qui envoient des gens vers les psychologues).

Lacan dit « avec de l’offre (espace) je fais de la demande ».

 

« Espace ouvert »

Par la demande ouvrirait un espace ? Le conscient est quelque chose de relativement fermé, c’est le moi, l’introspection.

Ce qui vient de créer l’ouverture c’est l’inconscient. « Le moi n’est pas maître dans sa maison » (Freud).

Le moi ne veut rien savoir de l’inconscient, la connaissance qu’on a de soi-même est fermée, l’espace serait la limite qu’il y a entre l’inconscient et le conscient.

 

2. Deuxième partie de la phrase :

 

Le décalage : le désir refoulé est accepté par la censure et il est refoulé.

Décalage au niveau du psychologue et du patient. Le psychologue doit prendre du recul face à la situation.

                              

→ Relation dissymétrique : le psychologue n’est pas là pour être le miroir du patient.

 

Décalage aussi au niveau des mots du patient (ex : je veux un « toit », ici c’est « toi » en fait).

Décalage entre quoi et quoi ? Ou qui et qui ? Le psychologue doit se mettre en position d’étranger. La question de l’exil intérieur Þ en nous il y a un étranger.

Question du transfert, du passé qui vient à nouveau se présenter.

 

→ Le transfert est un des effets sur l’inconscient, c’est le moteur, on parle au psychologue mais il représente une autre personne.

 

Dispositif analytique.

Venir tester les règles, la cadre → arriver en retard ou pas, payer ou ne pas payer.

Il délimite le cadre entre le psychologue et le patient, et il varie entre chaque patient, voir même durant une thérapie.

Ce n’est pas le dispositif mais un dispositif.

 

Comment nos recherches par rapport aux concepts (cliniques) peuvent venir proposer des pistes à des choses complexes ou complexifier des choses simples ?

Si l’on comprend trop vite c’est qu’il est très probable que l’on se trompe.

Qu’est ce qui arrive ? Qu’est ce que sont ces pistes ? Quels sont les différents sens ?

Le but est de comprendre ou sinon de cerner certaines concepts que l’on n’assimilait pas avant.

S’appuyer sur des citations, sur une bibliographie.

 

 

II. Psychologie Clinique – TD.

 

 

1. Les différentes disciplines de psychologie :

 

Les approches sont différentes, c'est à dire que les données cliniques sont traitées différemment.

En cognitive par exemple toutes l'activité humaine peut être quantifiée, mesurable. On peut créer une moyenne, une norme. cf: La courbe de Gauss.

Pour tous types de résultats obtenus sur l'observation des comportements humains, on s'aperçoit qu'il y a une grosse partie qui a la même réponse et 2 autres parties se dégagent encore pour des réponses minoritaires. A partir de là, chaque réponse donnée est normale ou non.

 

La clinique (du grec, klinê, le lit, le chevet) s'occupe de la souffrance psychologique en général mais sans chercher à quantifier.

Approche de la clinique par la parole, démarche marquée par l'inconscient .

L'inconscient est quelque chose qui se manifeste et qui échappe à notre idéal de maitrise (lapsus, symptôme, acte manqué).

 

Pour Freud, le symptôme est une des formations de l'inconscient. C'est un message de l'inconscient mais modifié, transformé, etc...

NB: ôter le symptôme, c'est enlever à l'inconscient le moyen de se faire entendre et donc comprendre.

 

L'unité de la psychologie n'existe pas ; on parle alors des psychologies.

 

La psychanalyse est une analyse, un dénouement.

Les symptômes deviennent moins présents, moins douloureux ou ils disparaissent.

Cette analyse va au-delà du symptôme, au-delà des enjeux de bien-être du patient.

Elle permet de faire le net sur son désir, sur ce qui l'appelle. Il n'est plus question du symptôme, mais au-delà.

La psychothérapie est centrée sur le symptôme et le soin de celui-ci.

= C'est parfois le patient lui-même qui fait son choix entre les deux selon son expérimentation.

 

2. L'hystérie, le sexe et le médecin, L.ISRAEL :

 

Il s'agit d'un livre destiné aux médecins et non aux psychologues.

 

Il met les médecins en garde contre les patients du fait de leur manque de connaissance. p 175 "Le médecin peut donc, à son insu, devenir le jouet d'un tiers". p170 "Toutes les thérapeutiques ... une fois par semaine".

 

Dans le cas de Jeanne on voit bien la différence entre les deux approches. p169 "De retour dans sa ville d’origine,...consulter un psychiatre" un psychiatre va dire "elle est hystérique" alors qu'un psychologue dit "le type de relation que j'ai avec une personne est hystérique" car le patient cherche un maître, un mentor pour régner dessus, pour lui montrer que malgré sa connaissance, il ne peut rien pour lui. Il faut au moins deux trois personnes pour que cela puisse se révéler dans une relation. La relation hystérique pouvant aller jusqu'à la mort.

 

Ici, on peut se demander pourquoi Jeanne va demander à ce médecin de lui trouver un psychiatre:

En clinique, il faut se poser des questions sur les demandes, les attentes des patients. Ici, Jeanne pose une question alors qu'elle sait très bien que cela va mettre le professeur A en difficulté, qu'il va peut être même refuser, mais aussi qu'elle peut très bien en trouver un toute seule.

 

3. Le reve de la bouchère :

 

Freud évite d'être dans la position de celui qui sait. Ainsi il renvoie la question à la patiente et la met dans la position de celle qui détient le savoir. Ils ne sont donc plus dans une relation hystérique.

 

Il n'y a donc pas de structure hystérique mais un symptôme mis en exergue par une relation hystérique. On voit donc ici, qu'il n'y a pas de personne hystérique mais qu'il s'agit d'un type de lien qui peut se mettre en place très tôt. Tous les symptômes physiques sont donc des provocations envers les médecins.

 

En clinique le savoir c'est le patient qui le détient, même s'il ne sait pas qu'il sait .Tout le travail consiste à lui faire serendre compte de l'étendu de son savoir.

 

= On peut donc se demander :

      - ce qui s'est passé dans la vie d'enfant influence la vie adulte?

      - ce qui s'est passé dans la vie enfant se rejoue dans la vie adulte?

      - ce qui s'est passé dans la vie enfant explique la vie adulte?

             + alors comment changer la vie adulte?

             + quelle(s) liberté(s) pour l'adulte?



22/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1519 autres membres