Cours de psychologie

Résumé

Bases biologiques de la psychologie.

 

Le cerveau est le siège de la conscience, de l’intelligence des perceptions sensorielles, de la régulation de la motricité volontaire, de la communication (parole, écriture, lecture), de l’apprentissage, de la mémoire, de l’attention, du calcul, de la planification, de la créativité, du raisonnement, du jugement, de la volonté et de l’analyse. C’est également le siège de ce que chaque être humain est (la personnalité, le moi).

 

Le système nerveux a 2 composants : SNC (système nerveux central) qui comprend l'encéphale et la moelle épinière [dans le canal rachidien], il analyse interprète et commande ; et le SNP (système nerveux périphérique) qui comprend des nerfs crâniens [12 paires] et des nerfs rachidiens ou spinaux [31 paires], il fait le lien entre le SNC et le reste du corps.

    → Le SNP a 2 composants : le SNS (système nerveux somatique) qui contrôle les mouvements et la peau ; et le SNV (système nerveux végétatif ou autonome) qui régit les organes.

    → Le SNV a 2 composants : le système nerveux parasympathique (ralentissement général des organes, stimulation du système digestif = quand on est calme) ; et le système nerveux sympathique (ou orthosympathique, mise en état d’alerte de l’organisme et à la préparation à l’activité physique [dilatation des bronches, augmentation de la tension artérielle…] et intellectuelle = état d'alerte).

Les informations arrivent au SNC qui les analyse et les envoie grâce au SNP (par les nerfs efférents) aux muscles.

 

L'encéphale est composé : du télencéphale (noyaux gris centraux, amygdala, système limbique, hippocampe), diencéphale (thalamus [influx sensitifs], hypothalamus [primordial]), mésencéphale, métencéphale (cervelet [mouvement, équilibre]) et du myélencéphale. Il est protégé des substances nuisibles présentes dans le sang par la barrière hémato-encéphalique.

Le liquide céphalo-rachidien (LCR) est fabriqué au niveau des plexus choroïdes, il permet l'élimination des déchets rejetés par les cellules de l'encéphale.

Le tronc cérébral est composé : du mésencéphale, le pont (létencéphale) et le bulbe rachidien (myélencéphale).

Le cortex cérébral est composé : lobe frontal (aires motrices et psycho-motrice, gère les muscles), lobe pariétal (informations cutanées), lobe temporal (informations auditives), lobe occipital (informations visuelles).

L’hémisphère gauche : contrôle le côté droit, il fait notre langage parlé, notre raisonnement analytique, logique et séquentiel ; L’hémisphère droit : contrôle gauche du corps, intuition plus que logique, sensibilité musicale artistique.

   → Matière blanche : fibres nerveuses  qui comprend fibres commissurales (relie les 2 hémisphères), fibres d'association (relie 2 composants du même hémisphère) et fibres de projection (relie 2 mêmes composants des 2 hémisphères).

   → Matière grise : assemblage de corps cellulaires qui comprend noyaux gris centraux (régule certains mouvements) et noyaux gris centrés (les noyaux codés, et le putamen et le pallidum).

 

2 catégories de cellules dans le système nerveux : cellules gliales (astrocytes [nourrit les neurones et récupèrent les déchets] et microglies [mangent ce qui est mort]) et neurones (composé du corps cellulaire [avec noyau, cytoplasme et autres organites], axone terminé par une arborisation terminale, et dendrites [= arborisation dendritique], ils sont à la base de fonctions comme la pensée, les émotions, la conscience et la mémoire).

Potentiel de récepteur (PR) : propagation décrémentielle, graduable en amplitude, sommable ; Potention d'action (PA) : propagation non décrémentielle, amplitude constante.

   → Le PR arrive au SNC et se transforme en PA s'il a une amplitude liminaire ou supraliminaire.

La dépolarisation causée par une stimulation, ouvre ou ferme les canaux sodiques. L'influx nerveux arrive et libère le neurotransmetteur (NT) dans la fente synaptique.

NT + récepteur post-synaptique = PPS (potentiel post-synaptique) qui est le changement de valeur du potentiel de repos. Il a 2 formes : PPSE (excitateur, le seul à se transformer en PA) ou PPSI (inhibiteur).

La fonction de la myéline est d’augmenter la vitesse de transmission de l’influx nerveux, de transmettre l’information rapidement.

 

Cerveau et comportements.

 

Les actions réflexes sont des actions automatiques, le temps de réponse est plus court (= arc réflexe). L'influx nerveux va dans la moelle épinière et passe par un nerf moteur qui fait bouger le muscle.

Les mouvements volontaires (comportement réflexe [rapide] et comportement réfléchi [lent]) : Aire sensitive corticale → aire corticale de la réflexion → aire corticale des mouvements volontaires → cervelet → moelle → nerf moteur → muscle.

Les comportements peuvent être innés (inscrits génétiquement) ou acquis (par l'expérience personnelle).

 

Les sous-disciplines de la neurobiologie comportementale : Les processus fondamentaux de l’apprentissage et de la mémoire, Le développement cérébral et comportemental, L’action des médicaments sur le cerveau et le comportement, Le comportement animal, Les systèmes sensoriels et perceptuels, Les processus qui régissent la motivation et les émotions, La plasticité cérébrale et comportementale, La neuro-psychologie (La neuro-psychologie comportementale/expérimentale, La neuro-psychologie clinique, La neurologie du comportement).

Tests d'évaluation neuro-psychologique : Test de Stroop (Inhibition), Test de Wisconsin (Flexibilité mentale), Test de Londres (Planification), Test de fluence verbale.

Mesures d'activité cérébrale : électroencéphalogramme (EEG : traduit l’activité électrique du cerveau en une série d’ondes graphiques), IRM (réalise des coupes dans tous les plans de l'espace), TEP (les fonctions cognitives modifient localement la circulation sanguine cérébrale).

 

Hydrocéphalie : accumulation excessive de LCR à l’intérieur des cavités du cerveau, il faut implanter une dérivation pour évacuer le LCR.

Sclérose en plaques : la myéline s'abime, la transmission des informations se fait plus lentement. Les systèmes les plus souvent affectés sont la vision, la coordination, la force physique, la sensation, la parole, le contrôle de la vessie, la sexualité et les fonctions cognitives. Il n'existe pas de sclérose en plaques type.

Epilepsie : Affection neurologique liée à une décharge hypersynchrone de populations neuronales. Tout type de lésion cérébrale (d'origine traumatique, congénitale, infectieuse, vasculaire, tumorale, dégénérative) peut provoquer des crises d'épilepsie. 2 niveaux de classification : 1er niveau (épilepsie partielle ou focale [région précise du cortex, peut être crise partielle élémentaire, crise partielle complexe, crise secondairement généralisée] et épilepsie généralisée [les 2 hémisphères]), 2ème niveau (épilepsie idiopathique [produite par le cerveau], épilepsie symptomatique [lésion précise], épilepsie cryptogénique [aucune cause identifiée]).

Maladie de Parkinson : découverte en 1817. Maladie neuro-dégénérative et incurable. Détérioration de certains neurones du tronc cérébral ; hyperactivité des noyaux basaux due au manque de dopamine causant les symptômes de la maladie : tremblement parkinsonien, démarche lente (akinésie), perte d’expression du visage (hypertonie parkinsonienne).

Maladie d'Alzheimer : connue sous ce nom depuis 1907. Maladie irréversible. Démence neuro-dégénérative à prédominante corticale qui touche en 1er lieu les fonctions cognitives et se répercute sur le comportement et l’adaptation sociale des patients. Résulte de 2 types de lésions : lésions histopathologiques (plaques séniles, dépôts extracellulaires de substance amyloïde de forme sphérique) et dégénérescences neurofibrilaires (DNF qui se situent à l'intérieur des neurones). Cela se caractérise par une accumulation de filaments anormaux constitués de protéines tauphosphorylées ⇒ mort du neurone ⇒ perte de mémoire et démence.

Maladie de Huntington : découverte en 1872. Affection dégénérative héréditaire du système nerveux central. Anomalie génétique localisée sur le chromosome 4. 2 principaux symptômes : mouvements choréiques, affaiblissement intellectuel. 3 types de symtômes : troubles moteurs, troubles moteurs associés, troubles neuropsychiatriques. 



26/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1520 autres membres