Cours de psychologie

Résumé

Etude de l'homme en société.

Comment on s'influence les uns les autres.

Définition générale des mécanismes d’influence : les phénomènes d’influence peuvent être définis comme des processus par lesquels les individus et les groupes façonnent, maintiennent, diffusent et modifient leur mode de pensée et d’action lors d’interactions sociales directes ou symboliques.

 

Les forces sociales en jeu dans la soumission et la rébellion.

 

La distance est importante (plus on est proche plus on va agir), on se soumet à l'autorité (surtout s'il est proche, et on se laisse influencer par son discours), si on est soi-même victime on va aller loin, et du moment qu'on a commencé quelque chose on va jusqu'au bout pour se justifier (dissonance cognitive).

Mais s'il y a une faille dans l'autorité, on s'arrête.

Seul on réagit mais à plusieurs on ne réagit pas (dilution de responsabilité). En groupe, on se laisse influencer et on suit le mouvement (conformisme), surtout s'il y a un leader, mais si on peut donner son opinion anonymement on se conforme moins.

Lors de test à plusieurs, on réagit à ce que disent les autres (dépendance informative) et on fait pareil que les autres pour ne pas être rejeté (dépendance normative).

 

Modèles et médias : agression et imitation.

 

Avant, 2 hypothèses : Soit nous voyons un modèle et on l'imite (imitation), soit un comportement agressif est inné et il fait l'évacuer autrement (catharsis).

On imite quand l'action est récompensée (ou du moins pas punie).

La violence filmée entraine davantage d'agression que la violence fictive, surtout quand on était irrité auparavant ou déjà agressif, quand on s'identifie à l'acteur, et quand il y a ressemblance avec la réalité. Par contre, l'anxiété inhibe les réactions agressives.

Plus on voit de violence et plus on est pessimiste sur notre société. Plus on voit de violence, plus on sera agressif et on mettra plus de temps à réagir face à elle.

Les meurtres augmentent suite à une violence médiatisée (match de boxe) et suite à une condamnation à mort. Idem pour les suicides et les accidents.

Nous sommes influencés par des séquences cohérentes de situations connues (script).

 

Les phénomènes de socialisation.

 

Le contact avec autrui est très important, présent dès la naissance, même durant la vie intra-utérine. La présence d'autrui rassure et on évalue ainsi notre réaction.

Harlow et l'espérience sur des singes : les bébés s'attachent à la mère laine, même si c'est la mère fer qui les nourrit. Quand on les place dans un lieu inconnu, ils sont effrayés, avec la mère fer ils ne se calment pas, avec la mère laine ils vont se calmer uniquement s'ils la connaissent et vont explorer le nouveau lieu. Si on les replace en milieu naturel, ils ne sont pas adaptés, pour pouvoir évoluer il faut d'abord les placer avec les singes plus jeunes (de 3mois) ainsi ils peuvent apprendre les bons comportements. Harlow a été plus loin, il a totalement isolé des singes à leur naissance, sans contact, sans bruit, dans le noir, au bout de quelques mois ils sont prostrés et s'automutilent.

Pour entrer dans un groupe, s'il y a des épreuves difficiles à passer, cela va augmenter l'intérêt et la solidarité.



23/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1516 autres membres