Cours de psychologie

Résumé

La corrélation.

 

Une corrélation peut varier de -1.00 (droite descendante) à +1.00 (droite montante). Le signe indique le « sens » de la droite. r = NΣxy-ΣxΣy / [ √(NΣx²-(Σx)²) * √(NΣy²-(Σy)²) ] (Avec N = effectif ; xy = x1*y1, x2 * y2…puis on les additionne ; la somme des x ; la somme des y) / la racine carrée de (N ; chaque x au carré puis on les additionne ; le total des x au carré) * la racine carrée de (idem mais pour y).

Pour la note Z : Z négatif → inférieur à la moyenne. Z positif → supérieur à la moyenne. z = (x-m)/σ (Avec x note du participant dans le test, m moyenne obtenue par l’échantillon dans le test, et σ écart type de l’échantillon dans le test.)

 

La fidélité.

 

Les scores d'un test sont fidèles lorsque les scores ne changent pas à chaque fois qu'on fait la mesure. Les scores sont fidèles lorsqu'ils sont reproductibles.

En psychologie, on voudrait limiter les événements qui font changer les résultats d'une passation à l'autre → besoin de standardisation.

Modèle théorique : S'il était possible de construire deux tests de telle sorte que leurs scores vrais soient identiques, alors la différence constatée entre les scores observés serait due à l'erreur. Mais dans la réalité : il est impossible de trouver 2 tests qui aient des scores vrais identiques.

Théorie de la fidélité : X = v + e (X = score de la personne ; v = partie vraie ; e = part d’erreur). Plus le test est long, plus la fidélité est élevée. Plus la moyenne des corrélations est élevée, plus la fidélité est élevée.


Pour mesurer la fidélité d’un test :
 - Formule de Spearman-Brown : rxx = (2rx1rx2)/(1+rx1rx2) (avec 2*la corrélation des 2 moitiés, divisé par 1+ la corrélation des 2 moitiés).

- Formule K-R 20 (Kuder-Richardson) : quand il y a seulement deux choix possibles rxx = k/(k-1) * (s²x-Kpq)/s²x (Avec k = nombre d’items ; s²x = variance du score total ; p = indice de la difficulté d’un item (pourcentage de bonnes réponses) ; q =1 – p (pourcentage de personnes qui ont la mauvaise réponse ; Σpq = chaque p multiplié par chaque q, puis on les additionne).
- Formule Alpha de Cronbach : peut être appliqué à tout type de réponses. Même chose de le K-R 20 mais généralisable à des échelles. rxx = k(rij) / [1+(k-1)rij] (Avec k = nombre d’items ; rij = moyenne des corrélations entre les items [faudrait donc corréler l’item 1 avec l’item 2, puis le 1 avec le 3…ensuite le 2 avec le 3…]).

 
Indice de difficulté : trouver les items difficiles. p = N(c)/N. Il s'agit du nombre de sujets ayant la bonne réponse divisé par le nombre total de sujets. P varie de 0 à 1.

On calcule l’erreur standard de mesure par un écart-type particulier : σe = σ * √(1-rxx) (avec, σ = écart-type = la racine carrée de la variance. rxx = K-R 20).

 

La validité.

 

Un test peut être fidèle sans être valide ! En revanche, un test doit être fidèle, sinon il ne peut pas être valide !

Il est très difficile d’obtenir un test avec une validité très élevée. Une validité de .50 est une validité considérée comme excellente.

Tout test doit être évalué pour sa validité :

- Validité prédicteur-critère → prédictive et concourante.

- Validité de contenu → juges

- Validité de construit → validité convergente et divergente.



25/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1515 autres membres