Cours de psychologie

O

Obéissance et la soumission à l'autorité : comportement réalisé sous la pression d’une figure d’autorité, lorsqu'un individu adopte un comportement différent parce qu'un autre individu, perçu comme une source d'autorité, le lui demande/impose.

Obésité : surcharge pondérale par accumulation des graisses, dépassant de 30% au moins le poids moyen calculé en fonction de la constitution et de la taille.

Objectivation : rend compte de comment un individu va s’approprier les informations qui circulent, celles auxquelles il s’intéresse. Les mots qui circulent dans une société ont une valeur abstraite. L’objectivation consiste donc à transformer ces éléments abstraits en éléments concrets et ayant un sens et une utilité. Elle comporte deux phases distinctes : la sélection par l’individu des informations de l’environnement et leur décontextualisation. Ce qui crée un noyau figuratif de connaissances « personnalisées » (ex : le surmoi) ; et la naturalisation de ces informations (ex : assembler les éléments d’un puzzle). Ou processus qui comporte 3 phases au cours desquelles s’élaborent les RS, une construction sélective, une schématisation structurante (céation d’un noyau figuratif qui a du sens pour celui qui le créé. La décontextualisation se produit lorsqu’on simplifie et qu’on extrait des informations de leur contexte : il y a forcément une perte d’informations) et une naturalisation (à partir des informations contenues dans le noyau, il faut les organiser pour que les informations soient utilisables). Transformer des éléments abstraits, complexes, nouveaux en images concrètes, signifiantes, que l’on peut concevoir clairement. Mécanisme qui permet la concrétisation de ce qui est abstrait. L’inexplicable se trouve transformer en une image concrète, ce qui permet de faciliter la communication entre individus. Se décompose en 2 phases : transformation iconique (sélection de certaines informations relatives à l’idée ou entité objectivée, puis matérialisation de l’objet abstrait en une image ce qui donne un schéma/noyau figuratif [simplification, schématisation qui permet une meilleure mémorisation et qui rend plus simple la compréhension]) et naturalisation (l’objet ou le concept transformé en image est choisifié, décontextualisation du concept transformé en image, le noyau figuratif devient une réalité tangible).

Objectivation du patient : réduire le patient à un diagnostic ou ne pas tenir compte de sa parole.

Objectivation du médecin : le corps du médecin devient un instrument de mesure (son contraire est la « subjectivation », ici on l’autorise à parler).

Objet : c’est, au sens psychanalytique, ce qui est visé par la pulsion. Ce par quoi la pulsion est sensée se satisfaire, il va être investi par la pulsion, le sujet attend que l’objet lui renvoie son investissement. Représentation inconsciente préalable à l’existence d’autrui, d’une représentation déjà là et contre laquelle viendra ensuite se caler la réalité extérieure de la personne de l’autre ou de l’un quelconque de ses attributs vivants. Lorenz le définissait comme « ce qui fait obstacle au déplacement vers l’avant ». L’objet n’existe que lorsqu’il arrête un mouvement. La conscience de l’objet est la conscience du geste sur l’objet. Représentation qu’on construit (évènement, groupe) pour quelqu’un (individu ou groupe).

Objet conceptuel : objet qui a une existence indépendante de l’activité du sujet, existe en dehors de l’action du sujet, et qui est capable de garder une permanence quelque soit les déplacements.

Objet perdu : possibilité pour la psyché de reconnaître une chose comme manquante ou perdue dépend de la capacité de faire la distinction entre l’expérience et l’objet de l’expérience. En fonction de sa disparition ou de sa perte, l’objet acquiert sa fonction d’objet.

Observateur passif : il existe un apprentissage par simple observation (sans comportement opérant de l’observateur).

Observation : observe sans consignes. Elle correspond à l’investigation d’un phénomène naturel sans que le chercheur n’intervienne dans son déroulement pour en faire varier certains aspects. Tentative d’éliminer (parfois) le problème de la subjectivité des sujets, et donc de l’introspection. Observations naturalistes (ethnologues), comprendre les interactions entre enfants extravertis et introvertis. Etudes de cas : observation se focalisant sur un individu précis pour obtenir une étude complète. Archives : accumuler de nombreux exemples de relations entre comportement extraverti et considération comme leader. Enquêtes : recueillir les impressions directes des sujets sur leurs comportements (extravertis contre introvertis). Tests psychologiques : évaluer de façon implicite les comportements des sujets sans faire appel à l’introspection consciente. Difficile d’observer deux fois le même comportement puisque l’observé et l’observateur ne vont pas être les mêmes à chaque instant. On s’en sert en psychanalyse pour les études de cas. Simple identification de variable. Type corrélationnel, lien sans cause. Méthode d’investigation d’un phénomène naturel. Avec 2 types : observation directe (sans outils) et observation indirecte (avec matériel : grilles d’observation, enregistrements, entretiens, questionnaires, études de cas).

Observation artificielle : Quand le chercheur va faire varier les conditions.

Observation clinique : attention centrée sur un objet (homme, société…) pour mieux connaître.

Observation du développement : Etudier le développement des comportements sociaux, affectifs ou cognitifs (cognitif = manipulation d'objet ; socio-affectif = interactions mère-enfants).

Observation exploratoire (ouverte) : aucun aspect précis du comportement n’est défini. Cela consiste par exemple aller dans une classe et observer les gosses. On l’utilise le plus souvent au cours des études exploratoires, on se contente de décrire les comportements qu’il observe, sans les analyser ou les interpréter. Ces O peuvent s’avérer utiles dans les premiers temps d’une recherche pour établir un relevé précis les comportements apparaissant au cours d’une situation donnée, ou pour formuler des hypothèses. Ceci est proche de la biographie et ne correspond pas aux critères d’une démarche scientifique notamment en ce qu’il concerne la fidélité.

Observation fermée : décrire à l’avance ce que l’on souhaite voir.

Observation fortuite (spontanée) ou organisée : prévision que quelque chose de spécial se passe et que se soit observé.

Observation naturelle : on observe les cas or son pb = on conclue uniquement à partir de l’observation de quelques cas : en prenant d’autres cas on aurait probablement d’autres résultats.

Observation systématique : déterminer/voir si 2 variables sont liées : mettre en évidence des relations entre les faits (variables). Comportements et conditions définis, observation vérifiable et répétable. Véritable caractère scientifique lorsque le chercheur décide à l’avance du comportement à observer. Les conditions de O sont définies clairement. Elle est alors vérifiable et répétable puisque il y a l’exigence scientifique qui permet de formuler des conclusions à partir de faits observés sur un échantillon et de généraliser les résultats à l’ensemble de la population. A partir d’une thématique théorique, le chercheur doit établir une grille d’observation= liste pré établie des comportements auxquels il va exclusivement s’intéresser pendant la séance d’O, pour en noter certaines caractéristiques, comme la fréquence ou la durée d’apparition. L’O consiste à constater et à consigner un fait de départ. Les grilles d’O permettent d’accroitre la fiabilité des données puisqu’on se concentre sur un nombre limité de comportement définis à l’avance, jugés pertinents par rapport aux objectifs du chercheur. En revanche c’est très rigide. On peut avoir une AL ou une AT

Obsession : pulsion ou pensée qui s'impose à l'esprit du sujet et contre sa volonté.

Obtention non-systématique : le réflexe, sa conduite n’est pas systématique.

Oculométrie : c’est un instrument de mesure du mouvement oculaire.

Ombilic du rêve : ce qui résiste à l'interprétation.

Ondes d’innovation : frontières des caractères dialectaux.

Onirisme : transformation globale du monde perçu dans un contexte d’altération globale de la conscience.

Ontogenèse : le développement de l’individu, de la fécondation à l’âge adulte (dimension individuelle). Ensemble des processus du développement assurés à la fois par la maturation et l’apprentissage, et ce depuis l’œuf fécondé jusqu’à la fin de la vie → le développement onto-génétique vise à rechercher les différentes étapes par lesquelles passe un individu et les mécanismes ou les processus qui assurent et permettent le passage d’une étape à une autre.

Opérateur : terme utilisé en résolution de problèmes pour désigner l’opération effectuée par le sujet pour réduite la différence entre le but visé et l’état du problème.

Opération : action intériorisée/mentale réversible (A – A = O). Début de représentation. Et coordonnée à d’autres actions dans une même structure.

Opérations cognitives : sont les processus cognitifs, le traitement de l'information en lui-même.

Opérations concrètes : portent directement sur les objets, porte sur la manipulation d’objets concrets ou facilement représentables.

Opérations infralogiques : portent sur un autre niveau de réalité, se construisent parallèlement et synchroniquement avec les opérations logico-arithmétiques, portant sur des objets continus, à l’intérieur du même objet (un seul objet qui se déforme), conservation du poids, de la matière.

Opération logico-mathématique : portant sur des objets discontinus et dénombrables, rapport entre les objets.

Opérationnaliser : le chercheur décrit toutes les opérations nécessaires à la mesure.

Opinion : est l’expression verbale de l’attitude.

Oreille externe : du pavillon à la membrane tympanique. Point de départ de l’audition. Comprend le pavillon, la conque et le conduit auditif. Elle recueille l’énergie sonore et la focalise sur le tympan.

Oreille moyenne : du tympan à la membrane de la fenêtre ovale, entre l’oreille externe et l’oreille interne. Contient les osselets et le tympan. Adapte l’impédance relativement basse du milieu sonore aérien à l’impédance plus élevée du liquide de l’oreille interne.

Oreille interne : de la membrane de la fenêtre ovale jusqu’à la fenêtre ronde. Englobe la cochlée (en forme d’escargot), l’organe de l’ouïe et le système vestibulaire responsable de l’équilibre.

Organe de Corti : organe de la perception auditive, constitué de cellules ciliées.

Organe tendineux de Golgi : tension sur le muscle indépendamment de l’allongement. Il se situe au niveau du tendon récepteur au niveau des tendons (jonction entre muscle et os). Décharge d’autant plus que le tendon s’étire. Il limite les étirements trop importants du tendon.

Organiciste : la folie est une question physique.

Organisme fond / forme : première étape du processus de perception visuelle. Distinction des parties de l'image relatives à la figure et des parties relatives au fond.

Organogenèse et psychogenèse de la folie : formation des organes et études psychiques des troubles mentaux.

Orthodoxie : le mot intéresse toutes les religions et courants d'opinion et l'opinion majoritaire dans toutes les disciplines. Ce terme est à opposer à celui d'hétérodoxie. Trace une ligne claire entre d'un côté ce qui est exact, conforme, mais qui n'est pas forcément l'idée majoritaire, et de l'autre côté, ce qui diverge de l'exactitude.

Orthophonie : technique de rééducation des troubles du langage tels que la dyslexie.

Osselets : 3 petits os appelés marteau, enclume et étrier. Reliés les uns aux autres, retenus aux parois de l’oreille moyenne par des petits muscles. Entre le tympan et la fenêtre ovale. Ils sont là pour transmettre la vibration produite au niveau du tympan.

Oubli : perte du souvenir qu'elle soit normale (mémoire à court terme) ou pathologique, ou souvenir mal organisé en MLT.



28/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1520 autres membres