Cours de psychologie

Notions clés

Histoire de la Psychologie – Notions Clés

 

 

Ames hiérarchisées : La fonction nutritive ou végétative : dans tout être vivant ou animé, conserve l’existence. La fonction sensitive : chez tous les animaux (= sens du toucher, gout, odorat, ouïe, et de la vue) perception du plaisir et de la douleur, etc. La fonction locomotrice : intermédiaire entre désir et intellect, qui fait que les animaux peuvent se mouvoir pour satisfaire leurs besoins. La fonction rationnelle ou pensante : raison intellect, présente que chez les êtres.

Animisme : donner une âme aux objets.

Approche clinique : Histoire de la personne. Son individualité. La relation d’aide.

Approche scientifique : Mettre la personne en situation et observer ses réactions. Faire varier les éléments de la situation et observer l’effet de ces variations sur ses réactions.

Approche localisationniste : Chaque fonction a un support organique (crâne).

Apriorisme : méthode de raisonnement à priori.

Associationnisme : Doctrine philosophique qui fait de l’association des idées et des représentations, la base de la vie mentale et le principe de la connaissance.

Autorité : le dogmatisme (→ adopter l’autorité). Basée sur 3 critères (nombre, ancienneté et prestige), l’ancienneté utilisée comme fondement de l’autorité (si tout le monde y croit on y croit). L’autorité est source de connaissance.

 

Cartésianisme : philosophie rationaliste que l’on doit à Descartes.

Causes nécessaires : les causes les plus directes (ex : mes poumons gonflent parce que j’inspire).

Causes divines : répondent à pourquoi les choses sont construites d’une certaine façon et pas d’une autre (ex : pourquoi dois-je respirer ?).

Combinaison des idées simples en complexes (cf. J. Locke) : La contiguïté (spatiale ou temporelle) : évocation mentale d’un objet induit l’évocation d’objets qui lui ont été dans la réalité associés. La ressemblance : de l’exemplaire à l’idée générale. La relation de causalité (cause à effet) : savoir pratique et système de croyances.

Conception hédoniste : doctrine philosophique selon laquelle la recherche du plaisir et l'évitement du déplaisir constituent l'objectif de l'existence humaine.

Criticisme : Système de Kant, qui essaie de déterminer le champ d’application de notre entendement humain et ayant donné naissance à une doctrine fondée sur la critique de la valeur de la connaissance.

Cyniques : nominalistes = pas de monde transcendant, et pas de connaissances par concepts ou définitions.

Doctrine isomorphiste : Correspondance formelle entre deux systèmes, deux univers (ou plusieurs).

 

Empiriste : quand observation. La connaissance est fondée sur l’accumulation d’observations dont on peut extraire des lois générales par un raisonnement inductif allant par conséquent du concert a l’abstrait, du particulier au général.

Epicuriens : « tire le plus grand plaisir de chaque jour, Carpe Diem ». Conception matérialiste des choses et des êtres : tout est constitué d’atomes (âme et le corps idées divines de PLATON) (atomisme). Théorie de la connaissance : fondée sur les sens. Empirisme différent innéisme des idées mais = ensembles des théories qui font de l’expérience sensible l’origine de toute connaissance a priori. Proposer certains mécanismes psychologiques par lesquels le cerveau transformerait les sensations en choses tangibles. Mécanisme psychologiques pas lesquels la raison transforme la sensation : Loi de ressemblance (on associe entre elles les choses qui se ressemblent pour former la notion générale : la catégorie) ; Lois de contigüité ou proximité (à force de voir deux choses apparaitre simultanément on va associe/combiner les deux) ; Le raisonnement inductif (donner la suite d’une suite de nombres (1-3-..) :

Epistémologie : désigne soit le domaine de la philosophie des sciences qui étudie les sciences particulières, soit la théorie de la connaissance en général.

Eugénisme : l’ensemble des méthodes et pratiques visant à transformer le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé.

Expérience de Stanley MILGRAM : Etude sur l’obéissance (1963) mesurer le niveau d’obéissance a un ordre (i.e. soumission à l’autorité lorsque cet ordre est contraire à la morale de celui qui l’exécute). Présentée comme une expérience portant sur l’apprentissage (efficacité de la punition sur la mémorisation).

 

Inconscient absolu : substance de l’univers, sources de toutes les autres formes d’inconscient.

Inconscient physiologique : à l’œuvre dans l’origine, le développement et l’évolution de tous les êtres vivants.

Inconscient psychologique : à l’origine de notre vie mentale consciente=> niveau personnel.

Induction : Raisonnement qui consiste à rassembler une série d’observations spécifiques pour arriver à formuler une conclusion générale.

Intuition : conviction intime intérieure qui ne cherche pas à se fonder sur des arguments plus explicites. Si on se fit à son intuition on peut se tromper.

 

Naturphilosophie : philosophie de la nature = étude des forces (+ ou – visibles) qui la parcourent, comme électricité, magnétisme, force vitale.

Nominalisme relatif : tout individu particulier et réel, est un mélange de matière et de forme : c’est-à-dire de réalité et d’idée générale, de forme. Et, les idées générales sont les seules intelligibles : c’est-à-dire saisissable par l'intellect, l'esprit, la raison. La matière, elle, ne le serait pas. Par conséquent, les individus, les particuliers, ne sont pas accessibles par la science, ils échappent à la science. Du point de vue de la science, la réalité vraie = la forme : c’est-à-dire l'espèce ou l'idée générale.

Nominaliste : Doctrine qui s’est développée au Moyen Âge, d’après laquelle les idées n’ont aucune réalité objective et n'ont d'existence que verbale. Conception selon laquelle le but de la science ne serait pas la connaissance objective du réel, mais une interprétation des phénomènes visant une cohérence destinée à satisfaire avant tout l'esprit humain.

Nosologie : science qui classe les maladies.

 

Observation et expérience : affaire des empiristes, si on veut connaître la vérité on doit observer et expérimenter pour ne pas nous tromper.

Organogenèse et psychogenèse de la folie : formation des organes et études psychiques des troubles mentaux.

 

Période scolastique : désigne la philosophie développée et enseignée dans les universités au Moyen Âge visant à concilier l'apport de la philosophie grecque (particulièrement l'enseignement d'Aristote et des péripatéticiens) avec la théologie chrétienne héritée des Pères de l'Église et d'Anselme. Sa définition précise reste problématique.

Phénomène psychologique : mouvement provoqué par l’environnement et transformé dans l’organisme en comportement observable.

Philosophe empiriste : quand expérimentation. Désigne un ensemble de théories philosophiques (avec des applications logiques, psychologiques ou linguistiques) qui font de l'expérience sensible l'origine de toute connaissance valide et de tout plaisir esthétique.

Phrénologie : Les bosses du crâne d'un être humain reflètent son caractère.

Pragmatisme : une méthode philosophique tournée vers le monde réel, parfois résumée comme une doctrine selon laquelle n'est vrai que ce qui fonctionne réellement.

Processus de réminiscence : (= connaissance de l’égal) apprendre c’est se ressouvenir, souvent grâce à la sensation.

Psychologie : étude de l’âme, étude de la psyché. Aujourd’hui la psychologie couvre l’étude du fonctionnement mental sous tous ses aspects (intelligence, émotion, relations sociales, etc.) dans leurs dimensions normales et pathologiques, leur genèse (=naissance) mais aussi leur développement (depuis l’embryogenèse jusqu'à la mort).

Psychologie différentielle : s'intéresse aux différences entre individus et groupes d'individus.

Psychologie introspective : les gens s’analysent (Þ psychologie du fauteuil).

Psychométrie : science étudiant l'ensemble des techniques de mesures pratiquées en psychologie, ainsi que les techniques de validation de ces mesures.

Psychophysique : branche de la psychologie expérimentale qui cherche à déterminer les relations quantitatives qui existent entre un stimulus physique et la perception qu'on en a. La psychophysique s'intéresse aux sens physiologiques tels que la vue, l'ouïe le toucher (plus rarement l'odorat ou le goût) mais aussi à des sensations comme la perception du temps ou du mouvement.

 

Raisonnement logique : la raison cartésienne (→ démonstration par déduction formelle que c’est vrai).

Rationalisme : doctrine qui pose la raison discursive comme seule source possible de toute connaissance réelle.

Réaliste (des Idées): les idées existent comme réalités supérieures et extérieurs: transcendantes. Elles existent dans ce monde transcendant où la pure intelligence les perçoit.

 

Sceptiques : ataraxie, mise en place d’une certaine distance avec les événements.

Sophiste : vient du grec ancien sophiste = spécialistes du savoir. Il s’agit d’orateurs, éducateurs, « intellectuels » de l’antiquité. Ils remettent en question un peu tout. Que font les sophistes ? Enseignent la rhétorique (=art de bien parler en public, forme du discours) et la dialectique (art de discuter, défendre une thèse et convaincre). Ils donnent des armes intellectuelles aux nouveaux citoyens qui dirigent la cité pour empêcher le retour de la monarchie.

Stoïciens : « souffre et abstiens-toi, la souffrance nous fait grandir ». Ecole de pensée, logique formelle et raisonnement : nécessaire pour la connaissance. Méditation et intériorité : 1ers aliénistes. Pour atteindre le bonheur il faut atteindre la maitrise de ses passions. Celui qui maitrise ses passions retrouve la raison. Théorie de la connaissance : Réhabilitation de la connaissance sensible. Connaitre c’est constater. Perception et sensation sont toutes vraies ; L’âme donne son assentiment ou pas sur expériences sensibles (l’esprit confirme ce que le corps perçoit). Ce jugement peut être vrai ou faux, mais la sensation est vraie ; L’âme = tabula rasa (mais la raison = notion morales incorporelles). Connaissance = expérience sensible + raison. Nominalistes aussi absolu que les cyniques : « il n’y a de réel que des choses singulières ».

Syllogismes : raisonnement dont on distingue ceux qui sont vrais et ceux qui ne le sont pas. Certains peuvent paraitre vrais mais ne le sont pas.

 

Théorie hylémorphiste : théorie qui consiste à dire que tout objet est formé de manière indissociable d’une matière et d’une forme, chez Aristote.

Trouble somatoforme : désignent la présence de symptômes physiques pouvant évoquer une affection médicale, mais qui ne peuvent s'expliquer ni par une affection médicale générale, ni par un autre trouble mental.



28/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1514 autres membres