Cours de psychologie

Notions Clés

Psychologie du Développement – Notions Clés

 

Accommodation : nous nous adaptons à l’environnement, il va falloir accommoder nos schèmes pour pouvoir continuer à interagir avec notre environnement. C'est le sujet qui va modifier sa construction interne pour s'adapter à l'environnement, qui lui n'est pas assimilable.

Achondroplasie : maladie des os donnant un nanisme. Cette maladie est corrélée à l'âge du père : plus le père est âgé et plus il y a de probabilité d'apparition de cette maladie.

Administrateur central : système de contrôle visuel, il contrôle et coordonne les opérations des deux systèmes esclaves, régit le passage de l'information en MLT et il procède au choix stratégique des opérations les plus efficaces. Il va donc couvrir différentes fonctions exécutives. Parmi elles on retrouve la mise à jour, la flexibilité, l'inhibition ou encore la coordination de deux taches effectuées en même temps.

ADN : ce qui contient toute notre information génétique et il est présent dans toutes les cellules de notre corps. Il porte l’information nécessaire au développement et au fonctionnement d’un organisme. On peut le comparer au génome et c'est le support de l’hérédité dans la mesure où chaque individu transmet la moitié de son information génétique à ses enfants. Il est constitué de paires de nucléotides, on en distingue quatre : A (adénine), T (thymine), C (cytosine) et G (guanine). On compte environ 3 milliards de paires de bases (T-A ou C-G, qui se font face sur chacun des deux brins de la double hélice), mais seulement 2% à 5% sont codantes. Si on déroule l'ADN présent sur chaque cellule, il s'étendrait sur 2m. En multipliant cette distance par le nombre de cellules (estimé à dix billions = 10 x 10^12), on en déduit que notre corps contient environ 20 x 10^12 mètres d'ADN, de quoi parcourir 133 fois la distance entre la Terre et le Soleil.

Adrénoleucodistrophie : l'enfant perd toutes ses fonctions cognitives. Il s'agit de la forme la plus fréquente que leucodystrophie qui correspond à une anomalie lipidique. Dans ce cas là, la myéline est détruite par des fibres de lipides qui ne sont pas éliminées par la protéine, non produite. La thérapie génique et les greffes de moelle osseuse sont des traitements qui permettent de soigner totalement cette maladie. D'autres traitements sont possibles.

Allèles : différentes formes d'un gène. Un allèle est chacun des deux gènes d'une paire de chromosomes. Chaque allèle est la version paternelle et maternelle d’un gène et sont situées sur un site physique identique : locus. Les allèles identiques sur un locus donné sont dites homozygotes. Lorsqu’un trait est produit par deux allèles différents, l’individu est hétérozygote pour ce gène. La plupart du temps, les deux allèles s'expriment et vont se combiner. Même si certaines sont dominantes et d'autres sont récessives, elles vont s'exprimer.

Amnésie de la source : il y a une plus grande difficulté chez les âgés à encoder les éléments du contexte.

Animisme : on a tendance à considérer que les choses sont humaines. Chez Piaget, on trouvait l'idée que toutes les choses sont animées d'une intention. Ce serait les idées qui ressortiraient des enfants les plus jeunes. Cependant, chez les enfants on peut prendre en compte les mouvements des objets.

Approche analytique : s'intéresse aux processus atteints, processus d'encodage et processus de récupération.

Approche globale : s'intéresse à l'application des mécanismes généraux.

Approche macro : aussi appelée approche psychométrique du vieillissement. C'est la plus ancienne et elle met un point d'honneur à savoir ce qu'elle mesure. C'est une approche qui va mettre l'accent sur la performance obtenue par des personnes à des tests de nature psychométrique. L'approche macro s'inscrit souvent sur une approche différentielle. C'est pour cela que les études qui y sont associées comportent des échantillons très nombreux, souvent suivis sur plusieurs âges.

Approche micro : va mettre l'accent sur les processus qui vont être mis en jeu lorsqu'on effectue une tache. Cette approche dérive de la psychologie expérimentale. Elle s'intéresse à la décomposition des taches pour mettre à jour les comportements nécessaires pour effectuer les taches. L'approche micro va souvent porter sur un petit nombre de participants, comparer des groupes et porte très rarement sur des études longitudinales. Elle met en lumière des processus qui ne sont pas étudiés par l'étude psychométrique.

Army Alpha : test de l’intelligence unifactorielle. Le déclin est différentiel selon les épreuves. Cela signifie que chaque épreuve ne présente pas les mêmes déclins. Les quatre derniers textes ont un déclin plus prononcé que les quatre premiers. On observe des corrélations négatives plus importantes pour les tests d'information générale, de suivi de direction, de série de nombre et d'analogie verbale. Les autres corrélations ne sont pas significatives.

Artificialisme : c'est le fait que le monde soit fabriqué par et pour l'être humain. Ils vont admettre que les plantes viennent des graines mais ces dernières ont été plantées par les humains qui les ont achetés dans un magasin.

Assimilation : on absorbe des éléments de notre environnement sans nous modifier (incorporation). C'est l'environnement qui s'adapte au sujet. Des synonymes de l'assimilation sont l'incorporation et l'intégration, en clinique on parlerait d'introjection.

→ Assimilation : incorporation du réel à soi ; accommodation : ajustement de soi au réel.

Boucle phonologique : répétition subvocale. Contient : stock phonologique (composante passive de stockage qui reçoit obligatoirement l'information verbale présentée de manière auditive. Il va la stocker sous forme de stock phonologique, et ne peut la conserver que pendant une période très brève, entre 1,5s et 2s), et boucle de récapitulation articulatoire (maintient l’information dans le stock et va aussi permettre de recoder l'information verbalisable mais présenté visuellement sous code phonologique). A un effet de similarité phonologique (en faveur de l'information codée sous un format phonologique dans stocke phonologique à court terme), un effet de longueur (témoigne de l'existence de boucle articulatoire), et un effet de suppression articulatoire (prouve existence de la boucle articulatoire et permet le passage de l'information verbale par la boucle articulatoire pour accéder au stock phonologique à court terme).

Buffer épisodique : système de stockage de l'information multimodale. Il est dit épisodique car il est supposé stocker des épisodes dans lesquels l'information est intégrée dans l'espace et dans le temps, et il est dit buffer (tampon) car il constitue l'interface temporelle entre les systèmes esclaves et la mémoire à long terme. C'est une étape essentielle pour le stockage de la mémoire épisodique, il permet ce stockage mais ne fait pas partie de cette mémoire : il s'agit d'une composante de la MDT permettant le stockage en mémoire épisodique. On fait la distinction avec la mémoire épisodique car il y a des patients avec une mémoire épisodique intacte alors qu'ils auraient une altération du buffer épisodique.

Choix adaptatif : sélection de la règle adaptée à la situation. Dans le cas d'une situation nouvelle, le choix adaptatif correspond au fait d'activer en MLT un nombre minimum de règles de sorte à apporter des réponses au nouveau problème sans utiliser trop d'énergie.

Chorée de Huntington : les symptômes apparaissent la plupart du temps, autour de 35-40 ans. Plus la maladie apparait tôt et plus elle est grave. Les premiers symptômes sont le manque de coordination et des mouvements stéréotypés qu'on appelle la chorée de Huntington. La personne ne peut pas réprimer ces mouvements et c'est pour cette raison qu'on va généralement consulter. Progressivement ces mouvements vont devenir de plus en plus apparents, avec des expressions faciales incontrôlées, des difficultés à parler, à manger, etc. Il y a une atteinte généralisée des facultés mentales et aussi des troubles psychiatriques, avec des troubles de l'humeur. Les comportements deviennent incontrôlables. La maladie évolue rapidement vers la démence, et ce n'est pas la dégénérescence neuronale qui conduit à la mort mais mes complications liées à la maladie. Quand la maladie est juvénile, l'espérance de vie est moindre. Cette maladie est causée par une dégénérescence des neurones, notamment les neurones GABA. A l'issue de la maladie on observe une atrophie du cortex, mais aussi sous-corticale. On connait le gène affecté (gène HTT), codant pour la Huntingtine. Ce qui est important de comprendre c'est que c'est la répétition des bases CAG qui va expliquer que le gène soit muté : plus cette mutation est longue et plus les symptômes seront précoces et sévères. Si CAG est répété moins de 28 fois l'individu est normal, entre 28 et 36 la pénétrance est limitée de la maladie, entre 36 et 48 il y a une pénétrance moyenne et au delà de 48, il y a une pénétrance complète de la maladie avec une apparition autour de 20 ans. Dans le cas où un parent est atteint, il y a une chance sur deux que l'enfant ait aussi cette anomalie.

Conception multifactorielle : intelligence faite de plusieurs facteurs, et qui a conduit à l'élaboration de plusieurs tests multifactoriels.

Conception unifactorielle : l'intelligence est faite d'un seul facteur.

Connectivité : ce n'est pas vraiment le nombre de neurones qui compte mais le nombre de connections qu'ils vont établir entre eux. Vers le 8ème mois, un enfant a plus de connexions que nécessaire et il a une grande plasticité cérébrale.

Conservation : le fait de comprendre une non-variation en dépit des transformations subies.

Contrôle statistique : on regarde l'effet entre deux variables en contrôlant à l'aide d'outils statistiques les effets d'une autre variable confondue. C'est une manière de neutraliser la relation entre la variable confondue et la variable dépendante.

Coordination unifocale : (de 4 à 8 mois) dirige les mains. L’enfant apprend à coordonner une sensation avec un mouvement. Il y a un changement qualitatif car on utilise une structure pour mettre en place une autre.

Coordination bifocale : (8 - 12 mois) main + regard. Sensation et mouvement sont coordonnés, avec en plus un retour sur la sensation pour vérifier. Fonctionnement quantitatif et qualitatif.

Coordination élaborée : (1 - 1 ½ ans) réversibilité. L’enfant est capable d’effectuer des changements dans ses coordinations sensation-mouvement.

Décalage vertical : concerne le constat selon lequel ce qui est acquis sur un plan du développement doit être reconstruit sur un nouveau plan (décalage du passage d’un stade à un autre).

Décalage horizontal : concerne le fait que l’acquisition d’une notion peut être plus tardive que celle d’une autre alors que les structures opératoires impliquées dans leur acquisition sont formellement les mêmes (différences d’âge de résolution de problème dans un même stade).

Dépendance : dans le champ de la gérontologie, c’est un besoin d'aide des personnes pour accomplir certains actes essentiels de la vie quotidienne.

Différenciation : les neurones vont se spécifier en fonction des zones cérébrales dans lesquelles ils ont migré.

Echelle des Habiletés Mentales Primaires : de Thurstone, test de l’intelligence multifactorielle. Il a été conçu de sorte à ce que chaque tache ne mobilise qu'une seule habileté. Les sous-tests qui montrent un déclin plus important ne sont pas en lien avec le matériel verbal. Les taches non liées à l'apprentissage mettent en évidence un déclin plus important que les autres sous-tests.

Echelle de Wechsler : test de l’intelligence multifactorielle. Il est composé d'épreuves verbales, mesurant l'intelligence verbale et les connaissances générales, ainsi que d'épreuves de performances, de traitement mental non verbal et capacité à troubler les solutions aux problèmes. L'idée associée à ce test est que chaque sous-test nécessite la mobilisation de plusieurs habiletés.

Effets : passif (nous avons les mêmes gènes que nos parents, par conséquent nous aurons tendance à produire les mêmes environnements que nos parents), actif (l'enfant va choisir son environnement qui va plus lui convenir qu'un autre en fonction de son bagage génétique), et évocateur (effet par lequel l'environnement est modifié par l'enfant).

Effet Flynn : phénomène connu dans le domaine du diagnostic psychométrique selon lequel la moyenne des scores obtenus aux tests d'intelligence augmente au cours du temps sur une population donnée. Flynn met en évidence un gain de 10 points de QI par génération (une génération correspond à 25ans).

Egocentrisme : il ne se différencie pas de l’environnement, l'enfant est centré vers lui-même.

Empirisme : se base sur l'expérience. Pour les empiristes, l'expérience est source de connaissance et peut se mesurer. On est donc sur du quantitatif : il y a une tentative de quantification du développement.

Equilibration : à chaque fois que l’équilibre entre l’assimilation et l’accommodation est rompu, il va falloir créer de nouveaux schèmes ou adapter ceux déjà présents. Pour retrouver un équilibre. Chaque déséquilibre entre les schèmes et l’environnement permet d’atteindre un niveau supérieur. L'équilibre se caractérise par sa stabilité, fragile et remise fréquemment en cause.

Erreur A-non B : consiste à chercher un objet là où il était caché (A) avant qu'il soit caché ailleurs (B). L'enfant, n'ayant pas acquis la permanence de l'objet, ne peut pas comprendre que l'objet a été déplacé.

Expérience : réfère à l'influence environnementale, l'enfant va induire des différences dans l'environnement. Il y aurait donc une corrélation entre les gènes et l'environnement.

Expérimentation : consiste à créer des conditions similaires en tout point, sauf pour ce qui fait l'objet de notre expérimentation, et on regarde dans quelle mesure on note des variations entre les différents groupes expérimentaux. On peut conclure à l'effet d'une variable sur une autre s'il y a des variations dans les résultats des différents groupes. Le lien de cause à effet ne peut être déduit que par l'expérimentation.

Focus : difficilement définis, comme un nombre d’aspects (différent des schèmes). De manière générale, lorsqu'on est dans une situation de résolution de problème, on va pouvoir mettre en œuvre un certain nombre de focus, sans pour autant mettre en danger notre capacité de traitement. Il y a différents types de focus : unifocal, bifocal et élaboré (lorsqu'on dépasse les deux focus). On passe d'un stade à l'autre en fonction du nombre de focus que l'on va pouvoir considérer.

Fonction symbolique : c’est la possibilité de se représenter des objets, des situations, des personnes,… en leur absence. Pour ce faire, on peut utiliser, ou non, des symboles, d’où cette appellation de fonction symbolique. Cette fonction (de 2 à 7 ans) est la première étape de l’intelligence opératoire.

Fonctionnement attentionnel : fonctionnement contrôlé ou stratégique. A l'inverse, ce type de  fonctionnement a besoin d'énergie mentale.

Fonctionnement pré-attentionnel : fonctionnement automatique du système attentionnel. Il ne nécessite pas d'énergie mentale, de ressources intentionnelles, pour être mis en œuvre.

Galactosémie : c'est une maladie métabolique dans laquelle l'enfant a des difficultés à s'alimenter dès les premières semaines de vie. On observe des sucres dans les urines : cela s'explique par le fait que ces enfants ne peuvent pas absorber le sucre puisque la protéine permettant ce processus est manquante. Il y a donc une accumulation de galactose, ce qui conduit à des troubles du développement mental. Le diagnostic est rapide et ne pose pas de problèmes. Cependant, malgré une prise en charge par des diètes spécifiques, les risques ne sont pas totalement écartés.

Gène : segment d’ADN codant pour une protéine (ou plusieurs par le mécanisme d’épissage). On dénombre près de 20.000 gènes environ.

Génétique comportementale : étude des variations des traits entre individus. Ces variations résultent de la combinaison des facteurs génétiques et environnementaux. Encore une fois, on veut savoir quelle est la portion pour chacun. On veut savoir qui est responsable des différences inter-individuelles. Il y a un consensus pour dire que c'est multifactoriel, et sont impliqués l'environnement, la génétique et la combinaison des deux. Dans le domaine de l'intelligence elle se fonde sur les études familiales. La génétique comportementale utilise les études corrélationnelles plutôt que les plans expérimentaux. Ce n'est pas forcément une qualité. De plus, elle met en œuvre de nouvelles techniques utilisant une comparaison directe de l'ADN entre individus de familles différentes.

Génotype : caractéristiques latentes d’un individu correspondant à l’ensemble des gènes.

Gérontologie : étude de la personne âgée. Il s'agit d'un stade du vieillissement, elle-même appartenant à la psychologie du développement.

Groupe INRC : Inversion Négation Réciprocité Corrélation. Coordination de deux systèmes qui possèdent chacun une opération directe et une opération inverse et qui sont en relation de compensation l’un par rapport à l’autre.

Gyration : responsable de la formation des circonvolutions, processus de formation des sillons et des scissures. Il y a aussi une élimination synaptique en fonction de leur nécessité, la structuration du cerveau n'est pas déterminée.

Handicapé : « est handicapé un sujet dont l'intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l'effet de l'âge, d'une maladie ou d'un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenté l'école ou a occuper un emploi s'en trouve compromise ».

Héritabilité : critère qui concerne une population, il n’est pas individuel. Il y a une perte occasionnée par une variabilité aléatoire. Ce critère donne une statistique pour tout un groupe de personnes, et se calcule par l'écart (division) entre la variance du génotype et la variance du phénotype.

Intégration hiérarchique : les stades vont s'emboiter les uns dans les autres.

Intelligence : nécessité de reconstruire, à un niveau interne, des connaissances ou acquisitions qui sont devenues instables du fait de l’interaction avec l’environnement.

Intelligence cristallisée : ce qui est verbal. L'intelligence cristallisée est la capacité d'utiliser des habiletés, des connaissances et l'expérience.

Intelligence fluide : correspond aux performances, au raisonnement. L'intelligence fluide est la capacité de faire des inférences et de comprendre la relation entre différents concepts indépendamment des connaissances acquises.

Intelligence formelle : le sujet peut alors raisonner sur des réalités virtuelles, on peut appliquer des comportements à des situations inexistantes. Il s'agit d'une période où toutes les contraintes sont libérées.

Intelligence opératoire : capacité d’intérioriser toutes les actions.

Interaction gène-environnement : réfère à l'idée que le développement est plastique par nature (notion d'épigénétique et de méthylation des gènes). L'environnement et l'alimentation vont activer certains gènes, sans pour autant changer le matériel génétique.

Inter-individuelle : entre les individus au sein d'un groupe.

Intra-individuelle : pour un même individu dans des situations, contextes différents.

Langage égocentrique : l'enfant ne parle pas pour interagir avec autrui mais pour obtenir quelque chose de l'environnement. L'enfant va parler pour accompagner ses actions et non pas dans un but de communication.

Langage socialisé : suite au langage égocentrique, l'enfant va parler dans le but d'avoir une conversation avec autrui.

Leucométachromatique : il s'agit d'une maladie progressive, qui se traduit par une perte de la vision. Il y a une chance sur quatre pour que les frères et sœurs des personnes atteintes soient porteurs de la maladie.

Lyonisation : processus ayant pour but d'inactiver l'un des deux chromosomes X à un stade précoce du développement de l'embryon de sexe féminin. La lyonisation permet l'équilibre des protéines. Cette inactivation se fait au hasard d'une cellule à l'autre. Il s'agit d'un processus mosaïque (défini l'activation ou l'inactivation aléatoire de certains K).

Maladie autosomique : maladie qui ne provient pas de l’anomalie d’un chromosome sexuel. 2 types : dominante (peu importe l'allèle associé à l'allèle atteint, la protéine est mal codée et donc le dysfonctionnement est présent, comme pour la chorée de Huntington, la neurofibromatose, la sclérose tubéreuse, et l’achondroplasie) et récessive (la protéine n'est pas assez ou pas du tout codée, il y a 25% de chances de récurrence, exacerbé par les cas de consanguinité, comme pour la galactosémie, la phénylcétonurie, le Tay-Sachs, la céroïde lipofuscinose et la leucométachromatique).

Maladies congénitales : maladies, malformations présentes dès la naissance. Différentes causes : causes non identifiées provoquant un avortement spontané avant le premier mois, toxicologie environnementale (tératogénicité), médicaments, certaines maladies de la mère, et la nutrition : Les affections congénitales les plus fréquentes sont le syndrome d'alcoolisation fœtal, l'infirmité motrice cérébrale, le syndrome de DOWN (génétique sporadique) et le syndrome de l'X-fragile qui est héréditaire. Ces quatre maladies représentent la moitié des cas de retard mental, ces derniers affectant environ 3% de la population.

Maladie développementale : syndrome, ensemble de signes cliniques faisant référence à une pathologie bien précise et connue, ce n’est pas curable.

Matrices de Raven (Raven et Court, 1998) : test de l'intelligence unifactorielle. Il est composé de différentes planches avec des matrices différentes. Ce test montre qu'il y a un déclin linéaire. Cela signifie qu'il commence autour de l'âge de 20 ans et qu'il n'y a pas de stabilisation. Il y a un développement qui aboutit à un déclin, mais il n'y a rien de particulier qui se passe à l'âge de 60 ans ou 70 ans.

Maturation : réfère à ce qui tombe sous le déterminisme génétique.

Méiose : séparation des gamètes. La méiose consiste dans le passage d'une cellule diploïde à une cellule haploïde. Lors de la méiose, on observe un phénomène de crossing-over, aussi appelé d'enjambement (contribue au brassage génétique lors de la reproduction).

Mémoire épisodique : mémoire spécialement dédiée aux souvenirs précis des évènements passés, évènements et contextes.

Mémoire épisodique prospective : capacité à effectuer, à un moment approprié dans le futur, une action prévue. On distingue : Tache event-base (action liée à un événement) et tache time-base : action liée au temps.

Mémoire de travail : maintien actif et immédiat de l'information. Les informations sont stockées dans cette mémoire avant de transiter vers la MLT ou d'être oubliées. Cette MDT est impliquée dans presque toutes les fonctions cognitives. Le modèle le plus en vogue en ce moment c'est le modèle de Baddeley. Dans sa version initiale, ce modèle contient trois composantes : l'administrateur central, la boucle phonologique et le registre visuo-spatial. Plus tard sera ajouté le buffer épisodique.

Mémoire implicite : c'est une mémoire qu'on ne peut pas expliquer, elle est implicite. Automatismes acquis inconsciemment.

Mémoire procédurale : porte sur les habiletés motrices.

Mémoire sémantique : mémoire des connaissances (du monde, des mots…).

Méta-sujet : sujet capable de raisonner, qui change et évolue au cours du temps = dynamique.

Migration : les cellules vont former des couches et on commence à observer un gain de poids à partir du troisième semestre.

Mitose : séparation des cellules somatiques.

Mosaicisme : état dans lequel deux ou plusieurs populations de cellules avec des génotypes différents coexistent dans un individu ou un organisme.

Myélinisation : la myéline permet d'augmenter la rapidité de transmission de l'information le long des fibres du neurone. Cette rapidité neurologique a une influence sur tout et un défaut peut être du à de la malnutrition. Le QI est aussi corrélé négativement avec la matière grise : plus elle est fine et plus le QI est élevé. De manière générale, il y a plus de substance blanche que de substance grise.

Neurofibromatose : il s'agit de tumeurs sous cutanées, qui apparaissent sur tout le corps. Tous les organes peuvent être affectés et la maladie commence au moment de l'adolescence ou juste après. 50% des cas sont sporadiques et 20% des personnes qui ont cette maladie ont un QI inférieur à 70 et la moitié des patients ont des problèmes au niveau de l'apprentissage.

Neuro-genèse : ensemble du processus de création d'un neurone fonctionnel du système nerveux à partir d'une cellule souche neurale[], dans le processus normal de formation et évolution du cerveau. A la naissance on compte près de 100 milliards de cellules qui vont proliférer à partir de 4 à 18 mois.

Ontogenèse : processus par lequel un organisme se développe (incluant l’embryogenèse). Par extension, cela comprend le développement psychologique de l’individu (psychogenèse) et par analogie avec Haeckel, la psychogenèse expliquerait la phylogenèse et la sociogenèse.

Opération infra-logique : porte sur un autre niveau de réalité, se construit parallèlement et synchroniquement avec les opérations logico-arithmétiques, portant sur des objets continus, à l’intérieur du même objet (un seul objet qui se déforme), conservation du poids, de la matière.

Opération logico-mathématique : portant sur des objets discontinus et dénombrables, rapport entre les objets.

Paradoxe de Menon : reformulé par Socrate, stipule qu'il est impossible de chercher ce qu'on connait tout comme ce qu'on ne connait pas : ce qu'on connait on ne le cherche pas et comment savoir quelle est cette chose que l'on cherche quand on ne la connait pas ?

Phénotype : caractères observables d’un organisme vivant.

Phénylcétonurie : le dépistage est systématique à la naissance, en France, pour permettre une prise en charge appropriée (régime particulier). Si la cure n'est pas immédiate, les symptômes sont très graves. Cette maladie métabolique est due à la carence de phénylalanine. Il y a donc une intoxication métabolique qui empêche la prolifération des neurones, la myélisation, etc. Même chez les personnes qui sont prises en charge, on observe des déficits dans les fonctions cognitives, notamment dans le lobe frontal.

Phylogenèse : évolution des organismes vivants, du coté de l’hérédité.

Plan longitudinal : les mêmes enfants sont comparés à des âges différents, à des temps t, t+1, t+n. Nous renseigne sur les changements intra-individuels au fil du temps. Faire attention à la mortalité expérimentale, et à l’effet de l’apprentissage.

Plan séquentiel : combine le plan longitudinal et le plan transversal. Il consiste à la suivie longitudinale de différentes cohortes. On combine ainsi les forces des deux approches.

Plan transversal : des enfants différents et de différents âges sont comparés à un temps t. Ce plan se base sur les différences liées à l’âge. Il faut faire attention à l’effet Flynn et au fait que cela ne renseigne pas sur l’évolution d’un point de vue individuel.

Positivisme : l'organisation et les connaissances préexistent. On va donc essayer de les appliquer à notre environnement, au réel. Il y a un test des effets de nos connaissances sur l'environnement, de leur efficacité.

Psychologie du développement : vise à décrire et à expliquer les modifications de la pensée et du comportement qui surviennent au cours du temps, parfois dans une perspective de vie entière (lifespan).

Psychologie du vieillissement : étude des processus mnésiques chez les adultes de 20 ans, étude des capacités d'apprentissage chez des octogénaires, études de l'évolution au fil de l'âge adulte des capacités de raisonnement, étude des performances attentionnelles chez les quinquagénaires, examen des différences liées à l’âge sur le plan des fonctions exécutives, étude des changements attentionnels survenant entre 20 et 70 ans chez les hommes.

Raisonnement hypothético-déductif : induction, déduction et construction d’hypothèses. Le raisonnement hypothético-déductif est la capacité qu'a l'apprenant de déduire des conclusions à partir de pures hypothèses et pas seulement d'une observation réelle. C'est un processus de réflexion qui tente de dégager une explication causale d'un phénomène quelconque. L'apprenant qui utilise ce type de raisonnement commence par formuler une hypothèse et essaie ensuite de confirmer ou d'infirmer son hypothèse.

Réalisme : c'est le contraire de l'artificialisme. Il y a l'idée que le monde intentionnel est matériel. Les mots ne seraient pas attribués de façon arbitraire aux objets et les rêves seraient des images réelles.

Registre visuo-spatial : registre à court terme des informations visuo-spatiales. Il contient des informations relatives aux modalités visuelles et spatiales. Les informations sont maintenues temporairement dans le stock visuel et sont sujettes au déclin et à l'interférence. Mais elles peuvent être réintroduites dans le stock visuel grâce au mécanisme de récapitulation de nature spatiale. 2 arguments en faveur de cette idée : double dissociation (renvoie au fait que la performance des sujets à une tache de mémoire visuelle diminue si on administre une tache interférente de nature visuelle. Si on administre une tache interférente de nature spatiale, on n'observe pas cet effet), clinique (patients présentant des déficits dans une seule de ces deux composantes).

Réserve cognitive : plus un cerveau a été stimulé jeune et tout au long de la vie mieux il se défend contre les atteintes de l'âge et des maladies. Capacité du cerveau à compenser des lésions pathologiques.

Ressources attentionnelles : l’attention. On retrouve : attention sélective et inhibition, attention partagée, flexibilité attentionnelle, concentration…

Retard mental : à partir du moment où le sujet a un QI inférieur à 70 et qu'il y a un retard dans au moins deux fonctions adaptatives (autonomie, santé, communication, etc.). Le retard mental doit apparaitre pendant l'enfance.

Réversibilité : faculté de faire mentalement une opération dans un sens puis dans l'autre.

Schème : conception du monde physique et social développé par l'enfant sur la base de ses expériences personnelles (théorie du développement cognitif de Piaget). Totalité organisée qui se construit par tâtonnement et assimilation d’éléments nouveaux à un schème antérieur, et qui se conserve en fonctionnant par simple répétition suivie de généralisation. Action généralisable. C’est une entité abstraite qui est à la base de toutes les actions de l'individu. Ils peuvent être simples, s'ils conduisent à une seule action, ou complexe s'ils impliquent plusieurs actions. Les schèmes vont évoluer grâce à l’assimilation et l’accommodation.

Schèmes d'état : des représentations renseignent le bébé sur l'état du monde.

Schèmes figuratifs : permettent de représenter le monde.

Schèmes opératifs : vont transformer les schèmes figuratifs en actions, en opérations.

Schèmes opératifs primitifs : ils vont permettre au bébé de transformer un schème d'état en d'autres schèmes.

Schèmes affectifs : ils modulent les réponses du bébé, les bébés seraient capables de se fixer des buts. Il va falloir construire un schème pour pouvoir aboutir à ce but.

Sclérose tubéreuse : 2/3 des cas sont sporadiques et pour certains cas, les personnes n'ont pas de symptômes alors que pour d'autres la pénétrance est totale. Dans ces cas, les symptômes apparaissent avant un an, avec des symptômes épileptiques. Dans 40% des cas, il y a un retard mental et la tumeur est le foyer épileptogène. Cette maladie nécessite parfois plusieurs dépistages puisqu'elle implique des gènes mosaïques.          

Sociogenèse : développement culturel, de la société et des artéfacts qui permet à l’individu d’acquérir un bagage culturel.

Structures de contrôle exécutives : proche des fonctions remplies par l'opérateur M.

Synaptogenèse : formation des synapses. Il s'agit d'une sorte de sculpture neuronale, on enlève pour obtenir la bonne forme.

Syndrome d'Angelman : ce syndrome est issu d'une trisomie au niveau de la paire de K 15. Le gène qui est sensé coder pour la protéine ne fonctionne pas. Cela se traduit par des difficultés sévères d'apprentissage. Il y a un retard de développement sévère, et la marche apparait entre l'âge de 5-10 ans. Le contact social n'est pas déficient, ces enfants sont très affectueux. Il y a une absence quasi-totale de langage parlé, mais la compréhension est préservée. On retrouve aussi de l'hyperactivité avec des troubles du sommeil, ainsi que des troubles épileptiques, d'équilibre et un comportement exubérant. Les comportements exubérants et souriants de l'enfant ne sont possibles que lorsqu'il est en relation avec une autre personne. Seuls, ces enfants ne sont pas actifs.

Syndrome de RETT : on observe les symptômes suivants : perte du langage, perte de l’utilisation fonctionnelle des mains, la fonction manuelle est remplacée par des mouvements stéréotypés des mains, difficulté à se mouvoir, maturation du cerveau stoppée. Dans la majorité des cas, les deux allèles s’expriment. Dans moins d’1% des cas, des modifications épigénétiques à l’origine de l’empreinte parentale peuvent inactiver l’expression des allèles paternels ou maternels (soit l’un, soit l’autre). L’expression du gène dépend de son origine parentale. Un allèle censé être actif peut être rendu inactif par la présence d’une mutation, une délétion, ou encore une disomie de l’autre allèle.

Syndrome du X-fragile : il y a une multiplication des CGG, qui peut aller de 6 (non pathologique) à plus de 200 (mutation complète). Les caractères qui permettent le diagnostic sont : des comportements autistiques, de l'anxiété, de l'hyperactivité, un retard mental léger/modéré et moteur. Cette maladie est due à une anomalie au niveau de la dendritisation, qui se traduit par une connexion neuronale plus faible que la normale. Il n'y a pas de pathognomosie : il n'y a pas systématiquement de symptômes qui correspondent à un signe permettant d'identifier la maladie. Il s'agit d'une maladie qui cible directement la communication entre les neurones et pour laquelle des traitements sont en cours d'étude.

Système subjectif : il contient les connaissances du méta-sujet. Pascual-Leone parle d'un répertoire de connaissances. Ces dernières sont issues de schèmes organisés en trois groupes : schèmes cognitifs (avec schèmes d’action et schèmes exécutifs), schèmes affectifs et schèmes personnels. Résoudre un problème revient à récupérer des connaissances en mémoire et à les appliquer à la situation.

Système méta-constructif : comprend 3 systèmes : Système d'attention mentale (comporte trois opérateurs silencieux : Opérateur M ou mental [capacité attentionnelle du système, à activer et sélectionner les schèmes dans le système cognitif, pour réaliser n'importe quel type de tache. Pascual-Leone parle en termes d'énergie mentale], Opérateur I ou inhibiteur [inhibe les schèmes non pertinents de façon à ne conserver que les schèmes pertinents, évitant ainsi d'utiliser de l'énergie mentale pour rien], Opérateur F ou de champ [c'est un opérateur qui permet à l'enfant de déterminer la situation dans laquelle il se trouve]), Système d'apprentissage (comporte l'opérateur C ou contenu et l'opérateur L ou logique : Apprentissage LC [il s'agit d'un apprentissage par le contenu. Cela signifie que l'enfant, au cours de son développement, va être confronté à différentes situations ayant un contenu particulier. Il va apprendre à répondre à ces situations en fonction de leur contenu. On est relativement proches de la théorie de Piaget : c'est un apprentissage par élaborations successives], Apprentissage LM [apprentissage plus abstrait et qui renvoie à des connaissances, qu'on récupère pour permettre l'apprentissage. Il est indépendant du contenu]), et Système affectif et personnel (comporte également deux opérateurs : Opérateur A ou affectif qui contrôle tous les affects, et Opérateur B ou Body/personnel qui régule les schèmes affectifs et personnels).

Tay-Sachs et la céroïde lipofuscinose : ces maladies neuronales infantiles, ou juvéniles, sont liées à une mauvaise dégradation des lipides qui vont s'accumuler dans les cellules. Cette intoxication provoque des troubles cognitifs graves. Les premiers troubles sont liés à la vision, et vont jusqu'au coma et la mort par la suite à cause d'une dégénérescence trop étendue.

Tératogène : substance qui est préjudiciable au développement.

Tératogenèse : production de malformations. Développement anormal de masses cellulaires durant la croissance fœtale, causant des déformations au fœtus.

Tératologie : étude des causes et du développement des malformations congénitales.

Théorie de la simulation : on s'imagine à la place de quelqu'un.

Théorie de la théorie : on fait des inférences que l'on va vérifier.

Trade-off : capacité d'échange en mémoire, entre les ressources nécessaires pour faire du traitement et celles pour le stockage.

Vieillissement cognitif : développement de la cognition au cours de la vie adulte. Processus de changement.



09/05/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1514 autres membres