Cours de psychologie

Notions Clés

Introduction à l’œuvre de Lacan

 

Forclusion : défaut d’inscription dans l’inconscient de l’épreuve normative de la castration.

Identification primaire de l'enfant : il reconnait son image comme sienne et donc il peut reconnaitre celle de sa mère. Ce qui permet de mettre une distance entre l'enfant et son image c'est le langage : le langage comme formateur du je. Identification dite de signifiant, et constitue la première forme de subjectivité en tant que le sujet se trouve symbolisé

Image inconsciente du corps de l'enfant : ce qui se constitue de notre représentation du corps à partir des sensations sensorielles et motrices qui sont les nôtres. Vient en opposition et/ou en accord avec l'image visuelle. Elle est dynamique. Cette image on l'a dès la naissance, voire même avant la naissance. Il y a déjà quelque chose qui existe avant l'image spéculaire : l'image que le sujet a de lui au travers de ses sensations.

Image spéculaire : image renvoyée par le miroir.

Image visuelle du corps de l'enfant : image rendu à l'enfant par le miroir, c'est une image purement visuelle.

Imaginaire : composé des représentations que nous avons de nous-mêmes, de notre société, de notre environnement. C'est avec notre imaginaire que l'on va construire la réalité.

Nom-du-Père : fonction paternelle telle qu’elle est intériorisée et assumée par l’enfant lui-même. Métaphore du désir de l’enfant traversé par le désir de la mère. Expression signifiante occupant la place de cette métaphore. Plusieurs signifiants qui structurent le sujet.

Normalité : c'est pouvoir jongler de la psychose à la névrose, c'est avoir une organisation la plus souple possible.

Objet a : objet manquant, qu'on représente par quelque chose qui se passe à la naissance : lorsqu'on coupe le cordon ombilical qui relie l'enfant au placenta (qui appartient à l'enfant). Puisqu'on le sépare d'une partie de lui, on peut le représenter comme le premier objet perdu de la totalité, une totalité qu'on ne retrouvera jamais. C’est donc un manque à être, il manque toujours quelque chose, et ce « quelque chose » ne peut être symbolisé.

Réel : ce qui est toujours à la même place, ce qui est immuable. Le réel va être le biologique qui compose le corps. Cependant, le réel n'est pas ce qui fait notre réalité. Pour que cela fasse notre réalité, il faut l'imaginariser. On ne peut pas penser le réel sans le symbolique qui l'ordonne et l'imaginaire qui le représente.

Stade du miroir : (Lacan) se situe entre 6 et 18 mois, c'est le moment où l'enfant va se reconnaitre dans l'image qu'il projette, formateur de la fonction sujet, du « je ». Trois étapes : l'enfant réagit comme si l'image projetée était une réalité de l'image de l'autre, l'enfant cessera de traiter cette image comme un objet réel, l'enfant va ensuite reconnaitre cet autre comme étant sa propre image. C'est avec la présence de l'autre que va se reconnaitre le sujet. Le stade du miroir manifesterait la prise de conscience rassurante de l'unité corporelle et la jubilation de l'enfant au plaisir qu'il a de contempler l'image de son unité, à un moment où il ne maîtrise pas encore physiologiquement cette unité. Ce vécu du morcellement corporel, et le décalage que provoque cette image spéculaire entière, permettent l'identification de l'enfant à sa propre image, identification qui n'est qu'une anticipation imaginaire aliénante. Désaliénation à la mère et aliénation à sa propre image.

Stade émotionnel : (par Wallon) entre 6-12 mois, l'enfant se sert de l'image extériorisée du miroir, afin d'unifier son corps. Zazzo, élève de Wallon, développe 4 étapes dans la reconnaissance de soi : identification de l'image de l'autre dans le miroir, l'enfant ne se reconnait pas encore, étape du mal être, et identification de l'enfant dans le miroir.

Structuralisme : mouvement de pensée particulier qui pense le monde en termes d'organisation structurale. Vise à mettre en évidence ces structures inconscientes par la compréhension et l'explication de leurs réalisations, et cherche à expliquer un phénomène à partir de la place qu'il occupe dans un système, suivant des lois d'association et de dissociation.

Symbolique : tout ce qui va concerner une mise en ordre, en forme. Le symbolique est ce qui va mettre de l'ordre, par l'intermédiaire du langage, dans la réalité.

Théorie du discours : construction, possibilité pour le sujet d'occuper diverses positions dans le discours.



16/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1519 autres membres