Cours de psychologie

Neurobiologie - cours (suite)

3. Vascularisation, protections du cerveau et ventricules :

 

a. La vascularisation :

 

Les neurones meurent au contacte du sang. D’où le danger d’une hémorragie interne.

Les risques sont :

    - Accident ischémique : déficit neurologique soudain d'origine vasculaire causé par un infarctus au niveau du cerveau. L'origine de l'infarctus (c'est-à-dire le mécanisme qui a conduit à l'obstruction du vaisseau sanguin) est du dans la plupart des cas à une des raisons suivantes :

            + Thrombose (caillot de sang) apparaissant directement dans un vaisseau en amont du cerveau.

            + Embolie dans une petite artère. Il s'agit de matériel venant d'ailleurs et obstruant la petite artère, par exemple les morceaux de sang coagulé qui se sont détachés d'une artère en amont (va créer un bouchon et arrêter la circulation).

            + Sténose dans une artère. Il s'agit d'une artère qui à un endroit s'est rétrécie par un phénomène mécanique (ex: compression, écrasement) ou par un changement de l'état de ses parois (épaississement, rigidification, contraction, dilatation, etc.).

    - Accident vasculaire hémorragique : rupture d’un vaisseau qui peut arriver après un accident ou pas.

 

 

Les artères du cerveau comportent deux systèmes :

                - Le polygone de Willis (système de suppléance vasculaire, permettant au cerveau de recevoir du sang nutritif même si une des artères du cou est lésée ou bouchée) et les vaisseaux de la base du cerveau (1).

                - Le système carotidien (distribue le sang au niveau de la tête : cerveau et face) (2).

 

 

 

 

b. Les protections du cerveau :

 

Deux types de protections :

    - Physiques : plaques presque soudées qui forment la boite crânienne (os) et les méninges (membranes).

    - Chimique : dans le sang il y a des substances qui sont nuisibles, le cerveau se protège donc grâce à un coussin aqueux (la barrière hémato-encéphalique, liquide céphalorachidien ou cérébro-spinal).

Pour que le liquide céphalorachidien s’échappe, il faut que la dure-mère se soit déchirée.

Entre l’arachnoïde et la pie-mère, on a l’impression qu’il y a un espace vide. Cet espace s’appelle l’espace sous-arachnoïdien et est rempli de liquide céphalorachidien. Espace sous arachnoïdien → liquide céphalo-rachidien.

 

 

Les méninges :

                - Dure-mère : elle tapisse la surface interne du crâne.

                - Arachnoïde : elle tapisse la face interne de la dure-mère.

                - Pie-mère : elle épouse étroitement les replis du cerveau (en contact direct avec le cerveau, très fragile !).

 

 

Les méninges et le liquide céphalo-rachidien (LCR).

 

Les plexus choroïdes (amas de vaisseaux sanguins capillaires poreux [fenestrés], une région des ventricules du cerveau) produisent du LCR.

Le LCR (150 ml) remplit les ventricules et s’écoule dans l’espace sous-arachnoïdien (où il constitue aussi un coussin liquide qui protège le cerveau) par des ouvertures au niveau du 4ème ventricule.

 

 

 

Jonction serrée : au niveau du cerveau, il n’y a pratiquement plus de passage.

Cellules endothéliales = fenestrations : permettent l’échange entre le cerveau et le sang.

 

Certaines substances traversent par transport actif :

   - Glucose, acides aminés essentiels, certains électrolytes ;

D’autres traversent facilement :

   - O2, CO2, acides gras, alcool, anesthésiques ;

D’autres traversent très lentement :

   - Urée, créatinine, la plupart des ions ;

D’autres, enfin, ne traversent jamais :

  - Protéines, la plupart des antibiotiques.

 

c. Les ventricules et le liquide céphalo-rachidien :

 

Pour voir les ventricules dans le cerveau on chasse le liquide céphalorachidien, et on le remplace par une résine. Une fois qu’elle a durci on rince et on obtient une modélisation des ventricules.

 

Nombre de ventricules (4 cavités) :

                - Les 2 ventricules latéraux (dans le télencéphale), qu’on nomme 1 et 2. Chaque hémisphère a son ventricule latéral.

                - Le troisième ventricule (dans le diencéphale).

                - Le quatrième ventricule (dans le métencéphale).

Pour passer du diencéphale au métencéphale il y a le mésencéphale.

 

 

Communications interventriculaires :

                - Trou de Monro (V1, V2 et V3).

                - Aqueduc de Sylvius (V3 et V4).

 

 

 

 

Le liquide céphalorachidien récupère tous les déchets. Il se trouve sous l’espace arachnoïdien et dans le cerveau (dans les ventricules). Le LCR est totalement renouvelé 3-4 fois par jour.

Les cellules dans notre cerveau sont vivantes, tout ce qui vie en nous consomme et produit des déchets. Ces déchets sont déversés dans le liquide céphalorachidien. Il faut de temps en temps évacuer ce liquide. Le nouveau liquide est produit par les plexus choroïdes. Ils puisent l’eau dans notre corps et y ajoutent certaines molécules. Il rempli les ventricules et l’espace sous-arachnoïdien.

Si l’évacuation ne peut pas se faire (mauvaise circulation ou absorption déficiente du LCR par les villosités arachnoïdiennes), il y a hydrocéphalie (maladie).

 

 

 

Hydrocéphalie : anomalie neurologique sévère, définie par l'augmentation du volume des espaces contenant le liquide céphalo-rachidien (LCR) : ventricules cérébraux et espace sous-arachnoïdien. Cette dilatation peut être due à une hypersécrétion de LCR, un défaut de résorption, ou une obstruction mécanique des voies de circulation.

Causes de l’hydrocéphalie : méningite, hémorragie sous-arachnoïdienne, traumatisme crânien, tumeur cérébrale.

Symptômes de l’hydrocéphalie : maux de tête, troubles visuels ou auditifs, déséquilibre à la marche, incontinence urinaire, déséquilibre hormonal, troubles mentaux.

Traitement de l’hydrocéphalie : implantation dans les ventricules d’une dérivation par valve pour évacuer le LCR dans la veine cave supérieure ou la cavité abdominale.

 

 

d. La synthèse des divisions cérébrales :

 

 

 

II. Divisions fonctionnelles et fonctionnement du cerveau humain.

 

 

1. Divisions fonctionnelles corticales :

 

a. Les hémisphères cérébraux :

 

Hémisphère gauche :

                - Contrôle côté droit du corps.

                - Langage parlé.

                - Pensée analytique, logique, séquentiel.

Hémisphère droit :

                - Contrôle côté gauche du corps.

                - Relations spatiales.

                - Attention.

                - Intuition plus que logique.

                - Sensibilité musicale, artistique.

 

 

 

b. Les lobes corticaux et la notion d’aires :

 

Aires primaires = site final de l’intégration sensorielle → intégration active d’une multitude de messages afférents avant de répercuter leurs analyses.

 

La maladie d’Alzheimer :

 

Objectifs :

   - Mieux comprendre ce qui se passe.

   - Que c’est une maladie progressive.

   - Aujourd’hui, les causes ne sont pas encore connues.

   - Aucun traitement pour le moment.

Théories : Structures : plaque sénile autour des cellules nerveuses. Echeveaux neurofibrilateurs.

Début de la maladie : Evolution personnelle par rapport au vécu de chaque individu.

Après : caractéristiques communes pour les malades atteints de la maladie d’Alzheimer.

Conseils pour aider le malade :

   - Si perte d’objet avec accusation, ne pas rétorquer et établir un plan afin d’aider la personne à retrouver ce qu’elle a perdu.

   - Si agnosie, non reconnaissance des visages, mettre des photos des gens que la personne connaît dans les pièces, avec des post-It avec leurs prénoms.

   - L’aider lors d’une tâche : souci/incapacité pour débuter une activité ou alors pour s’arrêter.

 

Le lobe temporal gauche : pour la mémoire, utilisé pour les mots.

Le lobe frontal : planification, organisation, anticipation, zone initiatrice.

 

 

Les neurones des aires primaires constituent le site final de l’intégration sensorielle. Ces neurones intègrent l’activité d’une multitude de messages afférents avant de répercuter leurs analyses sur des groupes neuronaux secondaires (aires d’association unimodale).

 

 

Différences entre aire primaire et aire secondaire.

   - Aires primaires : quand l’information arrive (aires primaires sensorielles).

   - Aires motrices : d’où les informations partent.

Occipital : œil ; Temporal : ouïe.

Il y a au total 52 aires dans le cerveau.

 

Les aires primaires et les aires d’association unimodale (aires sensorielles et motrices) :

 

Aires sensorielles : aires cérébrales reliées aux fonctions des sensations. Elles sont limitées au lobe frontal ; les aires reliées à la conscience des sensations sont situées dans les lobes pariétal, temporal et occipital.

 

 

Les aires d’association unimodale et les aires d’association multimodale :

 

Le cortex cérébral est constitué d'aires d'association situées autour de toutes les aires primaires. Ces aires d'association ont la capacité essentiellement de permettre la coordination des fonctions de base. La perception et la compréhension des images et du son fait intervenir les aires d'association. D'autre part les aires d'association ou aire secondaires, situées au voisinage des précédentes traitent les informations qui sont fournies par celle-ci. Leur rôle est essentiel en ce qui concerne la reconnaissance des objets perçue par la voie sensorielle correspondante.

 

En blanc : aires primaires, sensorielles ou motrices.

En bleu clair : aires associatives unimodales (motrices, visuelles, etc).

En bleu foncé : aires associatives multimodales.

 

 

La notion d’aires corticales de Brodmann :

 

Aires de Brodmann sont des délimitations du cortex du cerveau humain définies par Korbinian Brodmann, sur une base cytoarchitectonique. Cela signifie que les aires correspondent à l'organisation structurale apparente du cortex (nombre de couches, épaisseurs des couches, arborisation dendritique etc.); Ainsi, chaque région du cortex ayant la même organisation cellulaire a un numéro allant de 1 à 52. Brodmann a également relié chacune de ces 52 aires à une fonction propre.

 

1,2 & 3 - Cortex somatosensoriel primaire

4 - Cortex moteur primaire

5 - Cortex somatosensoriel d'association

6 - Cortex prémoteur

7 - Cortex somatosensoriel d'association

8 - Contient les zones visuelles frontales (aire de coordination oculomotrice)

9 - Cortex préfrontal dorsolatéral

10 - Cortex préfrontal antérieur

11 - Zone frontale oculaire

12 - Zone frontale oculaire

13 & 14 - Cortex insulaire

15 - Lobe temporal antérieur

16 -

17 - Cortex visuel primaire

18 - Cortex visuel secondaire

19 - Cortex visuel tertiaire (ou associatif)

20 - Gyrus temporal inférieur (Impliquée dans la mémoire)

21 - Gyrus temporal médian (Impliquée dans la mémoire et dans la coordination cortico-cerveleuse)

22 - Gyrus temporal supérieur, dont la partie caudée est impliquée dans l'aire de Wernicke (Impliquée dans la mémoire)

23 - Cortex cingulaire ventral postérieur

24 - Cortex cingulaire ventral antérieur (Impliquée dans les émotions)

25 - Cortex "subgenual"

26 - Cortex "ectosplenial" (Impliquée dans les émotions)

27 - Cortex piriforme

28 - Cortex endonasal postérieur (Impliquée dans les émotions)

29 - Cortex "retrosplenial" cingulaire

30 - Partie du cortex cingulaire

31 - Cortex cingulaire dorsal postérieur

32 - Cortex cingulaire dorsal antérieur

33 - Partie du cortex cingulaire antérieur

34 - Cortex endonasal antérieur

35 - Cortex perirhinal (sur la cinquième circonvolution temporale)

36 - Cinquième circonvolution temporale (Impliquée dans la mémoire)

37 - Gyrus fusiforme (Impliquée dans la mémoire)

38 - (Impliquée dans la mémoire)

39 - Gyrus angulaire, partie de l'aire de Wernicke

40 - Gyrus supramarginal

41 & 42 - Cortex auditif primaire (Cortex associatif)

43 - Cortex gustatif

44 - Pars operculaire, partie de l'aire de Broca

45 - Pars triangulaire, partie de l'aire de Broca

46 - Cortex préfrontal dorsal

47 - Gyrus préfrontal inférieur

48, 49, 50, 51 -

52 - Zone para-insulaire (à la fonction du lobe temporal et du cortex insulaire)

 

 



19/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1514 autres membres