Cours de psychologie

Méthode d'étude du développement - notions clés

Méthode d’Etude du Développement – Notions Clés

 

Activité oculaire : on mesure comment elle s’organise spatialement et temporellement en fonction de différents stimuli ; à la fois sur des objets ou des personnes.

Activité motrice : plus difficile à mesurer en raison de l’hypotonie générale de l’axe du corps et de l’hypertonie des membres (chez le BB).

Approche longitudinale : sur le temps, la longévité.

Approche transversale : Le comportement qui nous intéresse est étudié à travers la comparaison au même moment de sujets d’âges différents = coupe transversale dans le développement temporel.

Approche longitudino-transversale : Permet l’étude de façon longitudinale, et l’étude du comportement sur une large période de temps en étudiant plusieurs groupes. Permet de voir l’effet de cohorte = comparer des sujets de même âge mais à des moments différents dans le temps. Permet de mesurer l’effet du temps sur le comportement d’un enfant du même âge.

→ Cumule les avantages et inconvénients des deux approches. Cette méthode est la plus avantageuse.

► Approche transversale =AT : on s’intéresse à plusieurs enfants en même temps, c’est économique ; Approche longitudinale =AL : on voit l’enfant grandir mais c’est couteux ; Approche mixte : plusieurs échantillons avec des âges différents pour avoir les 2 approches en même temps.

Approche microgénétique : Ne conçoit plus ça comme une succession de stades immuables mais comme une série de vagues qui se chevauchent, chacune correspondant à un mode de pensée ou à une stratégie différente.

→ Le développement se fait en différentes étapes et entre ces périodes, il y a de la stabilité.

 

Bilan des travaux réalisés dans ce domaine, leurs apports et les critiques.

 

Cadre théorique général : rédaction dans une langue seconde et utilisation de l’outil informatique pour vérifier les aspects de surface.

Catégorie : représentation structurée de dimensions et de caractéristiques communes à un ensemble d’objets.

Children Aperception Test (CAT) : planches représentant des animaux dans situations typiques → inventer une histoire.

Cycle d’une recherche : Recherche bibliographique (se documenter, faire le point). Hypothèses et problématique. Choix et conception de la méthode. Pré-expérience (vérifier la pertinence des instruments, des variables et de la procédure). Recueil et traitement des données (les données sont synthétisées sous forme de graphique ou de tableau pour trouver des différences significatives). Interprétation et conclusion (valider l’expérience et formuler des critiques). Enfin, publication.

 

Définition de l’échantillon : généraliser les résultats d’un petit groupe à l’ensemble de la population (âge moyen pour jeunes enfants).

Démarche expérimentale : comparer des comportements pour rechercher des causes et trouver des explications, et comparer de façon systématique ce qui se passe en présence d’un phénomène dans l’environnement à ce qui se passe en son absence.

 

Echelle métrique d’intelligence : mesure de l’intelligence en âge mental = le niveau où items réussis.

Echelle de Wechsler : différents subtests. 3 versions (WPPSI, WISC, WAIS). L’évaluation de l’individu repose sur des indices étalonnés. Epreuves homogènes pour tous les âges.

Echelle de Brazzelton : « Equipement neurologique », pour les bébés, on s’assure que tous les réflexes sont là.

Echelle de Brunet-Lezine : Développement psychomoteur, permet de déterminer/d’obtenir des quotients de développement, qui vont oui ou non correspondre à son groupe. Pour les bébés.

Elaboration : Permet de centrer son attention sur des comportements essentiels à la problématique du chercheur.

Electro-encéphalographie (EEG) : Enregistrement de l'activité électrique du cerveau par des capteurs posés sur la tête.

Enregistrements : Sonores ou audio-visuels; Augmentation de la fiabilité et de la fidélité; Garantissent l’aspect scientifique des observations.

Expérimentation : raisonnement à l’aide duquel nous soumettons méthodiquement nos idées à l’expérience des faits. Pas une investigation naturelle, on créé les conditions nécessaires à l’apparition d’un comportement. Établir des relations de causalité pour expliquer un comportement et prédire les conditions de son apparition.

 

Grille d’observation : Liste préétablie de comportements à observer. On note par ex. la fréquence ou la durée d’apparition. Mais outil très rigide. (Echantillonnage temporel : l’observateur note en face de chaque unité comportementale la présence ou l’absence de comportement qui l’intéresse ; Echantillonnage continu : recueil de l’organisation séquentielle des comportements, ou ordre d’apparition des comportements dans le temps (vidéo) on va alors noter la fréquence des comportements. On va avoir pourvoir retenir l’ordre d’apparition séquentielle des comportements et d’analyser les Co occurrences des comportements. → Échantillonnage en continu supplante l'échantillonnage temporel).

 

Imagerie par résonance magnétique (IRM).

Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) : Détermine avec précision les aires cérébrales activées lors de la réalisation d’une tâche.

 

Lieu : choix dépend de l’objectif du chercheur et du devenir des résultats (Terrain [on observe dans les milieux naturels de l’enfant et donc on obtient une grande validité naturelle et permet de tenir compte de la personne observée. La situation naturelle = validité écologique] ; Laboratoire [la meilleure méthode pour la standardisation des faits = contexte artificiel crée spécialement pour l’étude et tout les individus sont observés de manière comparable. Caractère arbitraire).

 

Magneto-encéphalographie (MEG) : Mesure des champs magnétiques induits par l'activité électrique du cerveau.

Matériel utilisé : ordinateur, papier-crayon, etc.

Méthode : l’ensemble de démarches que suit l’esprit pour découvrir et démontrer la vérité dans une discipline donnée. Recueil de données en vue de vérifier des hypothèses sur un phénomène, selon différentes approches (longitudinales, transversale, mixte).

Méthode expérimentale : preuve empirique d’un effet du facteur manipulé (VI) sur les variations du comportement étudié (VD) → relation de causalité.

Méthodologie : étude a postériori des méthodes scientifiques.

Moment Td (début).

Moment Tf (fin).

 

Observation : correspond à un enregistrement direct des comportements par les sens ou par la vidéo. Elle correspond à l’investigation d’un phénomène naturel sans que le chercheur n’intervienne dans son déroulement pour en faire varier certains aspects.

- Observation naturelle ou artificielle : quand le chercheur va faire varier les conditions.

- Observation fortuite (spontanée) ou organisée : prévision que quelque chose de spécial se passe et que se soit observé.

Observation exploratoire (ouverte) : aucun aspect précis du comportement n’est défini. Cela consiste par exemple aller dans une classe et observer les gosses. On l’utilise le plus souvent au cours des études exploratoires, on se contente de décrire les comportements qu’il observe, sans les analyser ou les interpréter. Ces O peuvent s’avérer utiles dans les premiers temps d’une recherche pour établir un relevé précis les comportements apparaissant au cours d’une situation donnée, ou pour formuler des hypothèses. Ceci est proche de la biographie et ne correspond pas aux critères d’une démarche scientifique notamment en ce qu’il concerne la fidélité.

Observation systématique (fermée) : comportements et conditions définis, observation vérifiable et répétable. Véritable caractère scientifique lorsque le chercheur décide à l’avance du comportement à observer. Les conditions de O sont définies clairement. Elle est alors vérifiable et répétable puisque il y a l’exigence scientifique qui permet de formuler des conclusions à partir de faits observés sur un échantillon et de généraliser les résultats à l’ensemble de la population. A partir d’une thématique théorique, le chercheur doit établir une grille d’observation= liste pré établie des comportements auxquels il va exclusivement s’intéresser pendant la séance d’O, pour en noter certaines caractéristiques, comme la fréquence ou la durée d’apparition. L’O consiste à constater et à consigner un fait de départ. Les grilles d’O permettent d’accroitre la fiabilité des données puisqu’on se concentre sur un nombre limité de comportement définis à l’avance, jugés pertinents par rapport aux objectifs du chercheur. En revanche c’est très rigide. On peut avoir une AL ou une AT

Observation du développement : Etudier le développement des comportements sociaux, affectifs ou cognitifs (cognitif = manipulation d'objet ; socio-affectif = interactions mère-enfants).

 

Procédure : quelles sont les tâches des participants, combien de temps dure l’expérience, la consigne donnée, etc. La procédure permet à n’importe quel chercheur de pouvoir reproduire à l’identique la recherche.

Processus : ensemble de techniques disponibles à ce moment T pour collecter des données et les analyser.

 

Quotient Intellectuel (Q.I.) : Etablit par STERN (1912). Mesure l’avance et le retard mais ne permet pas de les caractériser. Le QI exprime la vitesse de développement.

 

Science : « ensemble de connaissances d'études d'une valeur universelle, caractérisées par un objet et une méthode déterminés et fondés sur des relations objectives ». Connaissances à un moment T sur un objet d’étude spécifique via l’ensemble de techniques disponibles à ce moment T pour collecter des données et les analyser.

On va s’intéresser à la méthodologie : étude à postériori des méthodes scientifiques.

 

Tests : Détermine sous forme numérique des caractéristiques individuelles et qui vont nous permettre dévaluer de comparer le développement d’un individu à un autre.

- Test d’efficience, « d’intelligence » : capacité intellectuelle globale, l’état de développement mental, les aptitudes et les connaissances. L’objectif est de déterminer l’aptitude d’un individu face à telle ou telle tâche cognitive ou son « âge mental » (= échelle métrique de l’intelligence, QI, échelle de Wechsler ; et pour les bébés  [échelle de Brazzelton, échelle de Brunet-Lezine).

- Test de personnalité : Interprétés en termes numériques : Explorent l’affectivité, l’intérêt, les motivations et les manières d’être et d’agir. 3 objectifs : Étude du développement affectif et émotionnel, « Classification » de l’individu dans un profil (paranoïa, dépression, etc.), Mettre en évidence la présence ou l’absence de signes pathologiques pour une prise en charge adaptée. → Ils permettent de définir un profil type (questionnaires, tests projectifs [pour enfant = Rorschach, CAT, Village d’Arthus, Patte noire]).

Test du Rorschach : planches avec taches de peinture comportant une symétrie.

Test du village d ’Arthus : construction d’un village miniature → types de villages associés à des types de personnalité.

Théorie : ensemble d’énoncés que l’on va mettre à l’épreuve. Théorie → Hypothèse(s) → Données → Interprétation.

Théorie paradigmatique : la phase préparatoire (on a plusieurs écoles de pensée et chacune va recueillir des faits pour soutenir de sa théorie), la phase d’évolution (accumulation des faits, on laisse de côté les contradictions), la phase d’état de crise où l’on va prendre en compte les contradictions (=révolution scientifique).

Tomographie par émission de positons (TEP) : Mesure les modifications du débit sanguin au moyen d'un traceur radioactif préalablement injecté par voie intraveineuse.

 

Variables : Une caractéristique de notre environnement physique ou social, une dimension d’un ou plusieurs comportements dont les manifestations, que l’on appelle modalités, peuvent être classées en catégories ou mesurées et prendre plusieurs états ou valeurs.

- Variables dépendantes (VD) : Réponses des individus. Ce qui est mesuré, les données.

- Variables indépendantes (VI) : Caractéristiques du sujet ou de la situation. Ce que le chercheur fait varier.

- Variables provoquées : Caractéristiques de la situation ou de l’environnement, que le chercheur manipule.

- Variables invoquées : Caractéristiques personnelles de chaque participant.

- Variables parasites : autres facteurs.

- Variable apprentissage : Processus microgénétiques de laboratoire = processus macrogénétiques du développement naturel.



16/07/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1515 autres membres