Cours de psychologie

Introduction à la psychologie clinique - Jean-Louis Pedinielli

 

 

I. Histoire de la psychologie clinique.

 

 

La méthode clinique est une révolution dans la manière d’envisager la maladie.

L’apparition de l’individualité et la nécessité de décrire les faits pour les expliquer, sont des terrains favorables à la psychologie clinique.

 

3 auteurs fondateurs :

    - Lightner Witmer (1867 – 1956), fonde aux USA une clinique psychologique.

    - Pierre Janet (1851 – 1947), ses travaux sont fondés sur l’étude de cas et la recherche de l’explication.

    - Sigmund Freud (1856 – 1939), soucis de compréhension des phénomènes psychologiques.

 

En France, besoin d’observation clinique, analyse, évaluation (Daniel Lagache). La psychologie clinique c’est « conseiller, guérir, éduquer », c’est l’étude de la personne totale en « situation » (Juliette Favez-Boutonier). Spécificité de l’individu et son unicité.

 

Psychologie clinique liée à la psychanalyse, étude de cas, subjectivité, sens.

Ambiguïté entre psychanalyse et psychologie clinique.

Psychologie clinique est une sous-discipline de la psychologie, qui a pour objet l’étude, l’évaluation, le diagnostic, l’aide et le traitement de la souffrance psychique quelle que soit son origine.

 

Pathologie du psychologique : existence d’une pathologie mentale à décrire et à interpréter.

Psychologie du pathologique : analyse psychologique du pathologique.

 

 

II. La méthode clinique et ses outils.

 

 

Médecine clinique : se voit auprès du lit du malade → les faits.

Psychologie clinique : signification auprès du malade → les faits replacés dans l’histoire du malade.

Méthode clinique : technique pour récupérer des informations d’un individu → basé sur l’individualité :

                - Technique pour fournir des informations.

                - Etude pour comprendre le sujet.

Abréaction : parler a une fonction libératrice.

Entretien clinique : dialogue pour recueillir des informations.

 

Le psychologue doit rester neutre, définir sa place attendue par le patient, instaurer un cadre.

Le discours a 3 dimensions :

                - Référentielle (que dit le sujet des faits ?).

                - Modale (que dit-il de ce qu’il en pense ?).

                - Illocutoire (quel acte accomplit-il quand il me parle ?).

Techniques d’intervention :

                - Réitération (répétition par le psychologue du point de vue du sujet), avec :

                               + Echo (répétition d’énoncés référentiels).

                               + Reflet (répétition avec préfixe « vous pensez que… ? »).

                - Déclaration (le psychologue fait connaître son point de vue), avec :

                               + Complémentation (ajout d’éléments par déduction ou anticipation).

                               + Interprétation (suggère attitude non explicitée).

                - Interrogation :

                               + Soit référentielle (demande d’identification supplémentaire).

                               + Soit modale (demande d’identification de l’attitude).

 

Stratégie herméneutique : réorganisation des repères biographiques du patient qui modifient l’espace psychique.

Transfert : déplacement sur le psychologue de représentations et de désirs inconscients.

Contre-transfert : réaction du psychologue aux motions transférentielles et préconceptions qui orientent son écoute.

Identification : le sujet assimile aspect et se transforme sur le modèle de l’objet.

Projection : le sujet expulse et localise dans l’autre des sentiments qu’il refuse en lui.

Clivage : séparation de certaines actions ou à admettre et nier des réalités.

Idéalisation : attribution à l’objet de qualités extrêmes.

Restrictions : censures, oublis…

Défense par la perception : impossibilité d’exprimer, se réfugier dans le banal.

 

2 mécanismes de psychologie :

    - Empathie : ressentir le patient tout en gardant sa propre identité.

    - Fonction contenante : capacité d’être un réceptacle stable des angoisses du patient et de les lui restituer de manière bonifiée.

 

Les tests :

    - Tests d’aptitude : décrit un phénomène précis.

    - Tests de développement : analyse l’évolution des compétences.

    - Tests d’intelligence ou cognitifs (pour enfant il y a le WISC, K-ABC, échelle de développement de la pensée logique).

    - Tests de personnalité :

                + Rorschach : planches tâches d’encre.

                + TAT (Thematic Aperception Test) : planches scènes banales, histoire à imaginer.

                + CAT (Children Aperception Test) : même que TAT mais pour enfant.

                + Patte noire : pour enfant, un cochon avec une patte noire.

 

Echelle : pour mesurer un état en vue d’un diagnostic.

                - Hétéro évaluation : remplie par le clinicien.

                - Auto évaluation : remplie par le sujet.

Observation clinique : attention centrée sur un objet (homme, société…) pour mieux connaître.

Etude de cas : tout un cas, sa vie, sa personne, évènements, contexte, histoire…

 

Les dessins sont vus sous 3 angles : expression, diagnostic, interprétation (révèle des difficultés et peut aider à trouver un mode de résolution).

 

 

III. Pratiques de la psychologie clinique.

 

 

Le Diagnostic Statistical Manual III (et nouvelle version DSM-IV-TR) propose une classification de la pathologie en 5 axes :

                - Troubles psychiques.

                - Troubles de la personnalité.

                - Maladie organique.

                - Sévérité des facteurs de stress psychosociaux.

                - Niveau d’adaptation et de fonctionnement le plus élevé dans l’année écoulée.

 

Psychologie de la santé (malade, entourage), de l’enfant et de l’éducation, la neuropsychiatrie → grande approche.

Activités du psychologue clinicien : évaluation et diagnostic, pratique des thérapies ou des rééducations, conseil et intervention institutionnelle.

 

Regroupement syndromique : présentation patient (âge, histoire, nature des troubles…), mécanisme des troubles, de défense, l’évolution.

Apragmatique : qui est dans l’incapacité d’agir volontairement.

Bilan psychologique : ensemble des données recueillies.

 

Il y a différentes psychothérapies :

                - Psychanalyse.

                - Psychothérapie d’inspiration psychanalytique : plus légère que la psychanalyse.

                - Psychothérapie de soutien : base.

                - Psychothérapie brève : focalisation sur un point.

                - Relaxation : relâchement.

                - Psychothérapie de groupe.

                - Thérapie systémique : analyse des communications.

                - TCC (Thérapie cognitivo-comportementale) : réapprentissage.

                - Psychothérapie humaniste : épanouissement fondé sur une généralité.

 

Conseil psychologique : aider à choisir une solution.

Intervention de crise : soutien d’urgence à durée brève.

Activité institutionnelle : améliorer les institutions.

 

 

IV. La recherche en psychologie clinique.

 

 

Expérimentation : reproduction contrôlée d’un phénomène.

Recherche planifiée : prévoir le déroulement d’une recherche en fonction d’un but.

La planification doit :

    - Satisfaire aux conditions de validité et de réfutabilité.

    - Apporter des informations nouvelles à la communauté scientifique.

    - Fournir des interprétations tenant compte des résultats antérieurs dans un cadre théorique permettant l’examen de leur validité.

 

Eléments essentiels pour la recherche : hypothèses, objets, méthodologie, interprétation des résultats.

Ce modèle permet d’examiner les faits et de raisonner à partir de ce qui existe.

 

Procédures d’analyse du discours :

                - Analyse propositionnelle du discours : discours établit relations entre les objets.

                - Analyse des relations par oppositions : cherche correspondance entre système naturel et système symbolique.

                - Analyse de l’énonciation : ce que le discours révèle (temps, attitude…).

                - Analyse thématique : complexification du thème abordé.

                - Analyse syntaxique : le discours.

                - Analyse lexicométrique : analyse des mots.

                - Analyse de la conversation : l’un et l’autre s’écoutent.

                - Analyse du contenu : cas analysé d’après le discours.

 

 

CONCLUSION :

 

La psychologie clinique est un domaine riche de la psychologie : fondée sur l’individu, recherche de la manière dont l’homme construit son monde.

 

 

► Un petit condensé, intéressant, un peu pénible à lire mais ça vaut le coup.



04/08/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1520 autres membres