Cours de psychologie

F

Facilitation (Triplett) : phénomène par lequel les performances d’un individu à une tâche donnée vont être améliorées par la présence d’une ou plusieurs personnes en coaction. Lorsqu’on est plusieurs à faire une même action, on sera plus rapide que si une unique personne fait cette même tache. Plus on est nombreux et plus on agit.

Facilitation : regarder, facilite la production du comportement.

Fading mental : forme progressive du barrage, disparition progressive du discours, de la pensée, langage incompréhensif, reprise de la discussion de manière progressive (non systématique).

Faisceau : ensemble d’axones.

Famille nucléaire : parents, frères et sœurs.

Famille élargie : parents, frères, sœurs, oncles, tantes, grands-parents…

Fantasme : ensemble de représentations imagées mettant en scène le sujet et traduisant, à travers les déformations de la censure imposée par le sur-moi, les désirs inconscients de celui-ci. Existence d’une réalité psychique qui pourrait avoir les mêmes effets qu’un événement réel (dans les soins apportés par la mère il y a une excitation sexuelle de l’enfant, et donc une séduction inévitable de l’enfant par la mère). Reproduction de la relation désirante à l’objet en absence de l’objet externe.

Fantasme archaïque : structure phantasmatique où l’amour et la mort se conjuguent, qui se construit dès la 1ère enfance mais qui répète une expérience ancestrale.

Fausse croyance : ne distingue pas ce qu’on sait de ce qui est.

Faute : manquement à la règle établie, celui qui est en faute est coupable. Les conséquences concernent plus d’une personne. La faute laisse une trace, s’inscrit dans l’histoire des êtres qui sont impliqués. Celui qui commet la faute nie, et celui qui subit éprouve honte, culpabilité, repli → objet = victime.

Faux positifs : personnes qui n’appartiennent pas au groupe et qui ont un score élevé dans l’échelle.

Favoritisme pro-endogroupe : en faveur de son propre groupe.

Feed-back : « le feed-back décrit l’action en retour du produit d’une activité donnée sur la suite du déroulement de cette activité même. » Dans le contexte pédagogique, pour qu’il y ait apprentissage, des informations précises sur le résultat du comportement doivent être fournies à chaque essai ou à un ensemble d’actions. Retour que l’on a sur nos comportements, qui peut-être évalué sous forme de récompense ou de punition, (= retour de l’environnement sur l’individu) (ces feedbacks peuvent être des renforcements (positif ou négatif) ou des punitions).

Fenêtre ovale : base de l’oreille interne, c’est par là qu’entrent les vibrations.

Fenêtre ronde : fin de l’oreille interne, c’est par là que sortent les vibrations.

Fibres Ia (Aα) : fibres de plus grand diamètre, qui assurent l’innervation de récepteurs sensoriels des muscles.

Fibres Aβ : fibres de diamètre légèrement inférieur, qui véhiculent les informations tactiles.

Fibres Aδ et C : fibres de diamètre encore plus inférieur, qui véhiculent les informations thermiques et nociceptives.

Fibres du groupe Ia : fibres myélinisées ayant le plus gros diamètre, détectent les changements de longueur du muscle et donnent des réponses à adaptation rapide (phasique).

Fibres du groupe II : donnent des informations sur la position statique des membres. Tonique, adaptation lente.

Fibres commissurales : relient deux parties de chaque hémisphère d’une même région (télencéphale). Ex : corps calleux et la commissure antérieure (relient les deux parties encéphaliques de la même région). Quand je change d’hémisphère.

Fibres d’association : relient deux parties d’un même hémisphère et d’une même région (télencéphale) encéphalique.

Fibres de projection : relient deux parties de deux régions distinctes (télencéphales, mésencéphale, etc.) quelque soit l’hémisphère.

Fidélité : Les scores d'un test sont fidèles lorsque les scores ne changent pas à chaque fois qu'on fait la mesure. Les scores sont fidèles lorsqu'ils sont reproductibles. Rvv = pourcentage de variance dans les scores qui est la partie vraie ; le restant est attribuable à l’erreur de mesure. Fidélité correcte = .70 ; fidélité satisfaisante = .80 ; fidélité élevée = .90. Il ne faut jamais de résultat négatif ! La fidélité est souhaitable dans les tests où on veut trouver des différences entre les personnes.

- On utilise, le test-retest, la forme parallèle et la cohérence interne.

- On peut améliorer la fidélité en analysant les items (indice de difficulté) et en analysant les distracteurs ou en corrélant le score à un item au score de l'ensemble du test (corrélation item-total).

- Théorie de la fidélité : X = v + e (X = score de la personne ; v = partie vraie ; e = part d’erreur).

- Erreur standard de mesure : donne une indication de l'étendue probable du score vrai en fonction de l'erreur de mesure. Autrement dit, elle donne une indication sur l'intervalle dans lequel le score vrai va se trouver. On calcule l’erreur standard de mesure par un écart-type particulier : σe = σ * √(1-rxx) (avec σ = écart-type = la racine carrée de la variance ; rxx = K-R 20).

Fidélité des mesures : une mesure est fidèle si elle est stable et consistante. Une mesure est stable quand une même personne donne la même réponse à une mesure qui lui est présentée deux fois. Une mesure est consistante quand la réponse à une question portant sur un thème est cohérente avec la réponse à une autre question portant sur le même thème. La méthode du « split-half » (questionnaire divisé en deux puis comparé) ou l’α de Cronbach (analyste statisticien qui nous donne l’analyse de la consistance).

Fidélité interobservateurs : vise à vérifier le degré d’accord entre 2 évaluateurs.

Fidélité split-half : corrélation entre 2 parties.

Fidélité pair-impair : corrélation entre la somme des items pairs et impairs.

Fidélité par équivalence : mesure le degré de cohérence entre 2 tests.

Fidélité du test : capacité d'un test psychologique à donner des résultats valables et stables dans le temps, consistants.

Fixation : persistance d'un attachement, soit à une personne, soit à une situation liée au passé. Elle entraîne des satisfactions narcissiques régressives. Une pulsion ou un élément pulsionnel n’accompagne pas le développement prévu comme normal et, par suite de cette inhibition de développement, demeure à un stade plus infantile. Au niveau de l’œil, c’est quand l’œil reste fixé sur un mot.

Fixed ration : augmentation régulière tant qu’il y a une récompense (très peu motivé) extinction plus rapide.

Flashbulb memories : concerne des souvenirs personnels associés à des évènements publics.

Flexibilité catégorielle : distinction, capacité de concevoir un même item pouvant être plusieurs représentations mentales.

Flexibilité cognitive : capacité de changer de stratégie, contrôle de l’action.

Flexion/radical : élément commun dégagé spontanément de la comparaison d’une série de mots apparentés, fléchis ou non, et qui porte l’idée commune à tous ces mots.

Fœtoscopie : consiste à introduire un micro caméra dans l’utérus, et permet d’observer le développement fœtal de manière plus précise qu’une échographie. Permet dans la mesure où on peut visualiser de manière précise le foetus, de pratiquer des opérations chirurgicales in utero.

Fonctions administrateur central : répartit les ressources mentales, gère les conflits, décide des stratégies de traitements, déplace l’orientation de l’attention (fonction modulatrice de la mémoire). → Administrateur central : mal décrit, importance donnée aux systèmes esclaves (boucle phonologique, calepin visuo-spatial…).

Fonction hémato-encéphalique : les cellules endothéliales des capillaires cérébraux sont unies par des jonctions serrées (capillaires les plus imperméables de l’organisme), ça crée une barrière pour empêcher les substances nuisibles et les agents pathogènes de passer du sang au tissu cérébral.

Fonction sémiotique : consiste à pouvoir représenter quelque chose au moyen d’un « signifiant » différencié et ne servant qu’à cette représentation. Fonction génératrice de la représentation, qui apparaît vers 1 ½ à 2ans.

Fonction symbolique ou sémiotique : Symbolique : travaille avec et sur des symboles qui, pour Piaget, constituent des signifiants motivés (les symboles gardent une certaine proximité avec le signifié). Sémiotique : s’appuie sur des signes totalement arbitraires (différents des symboles). Relation arbitraire entre signifiant et signifié. Cette fonction est beaucoup plus large que la fonction symbolique, elle englobe la fonction symbolique. La fonction symbolique se définit donc comme étant une « pensée représentative qui débute par opposition à l’activité sensori-motrice, dès que dans le système de significations, constituant toute intelligence, et sans doute toute conscience, le signifiant se différencie du signifié. » (Piaget). → C’est la capacité de se représenter quelque chose d’absent (objet, évènement → signifié) au moyen de signes différenciés (symboles, signes → signifiant).

Forclusion : défaut d’inscription dans l’inconscient de l’épreuve normative de la castration.

Formation réactionnelle : mécanisme de défense par réaction. Un sujet désavoue un mobile considéré comme répréhensible en exprimant avec force le mobile contraire (ex : surprotection d'un enfant non désiré pour se convaincre de l'aimer).

Formation réticulaire : elle s’étend du bulbe à l’hypothalamus et comprend les 9/10 des neurones du tronc cérébral. Régulation des mouvements des yeux et de la tête en réponse à des stimuli visuels et auditifs. Centre de régulation de la respiration et du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Régulation de l’état de conscience et de réveil. Régulation des activités telles que le vomissement, le hoquet, la déglutition, la salivation, la toux et l’éternuement. Sans cortex, pas de conscience. Réseau diffus de cellules nerveuses de la moelle épinière et du cerveau, recevant toutes sensations qui parviennent à l’encéphale et jouant un rôle important dans la posture et la vigilance.

Formes mono-symptomatiques ou olygo-symptomatiques : crimes immotivés des schizophrènes.

Forme parallèle : élaboration de 2 tests différents sensés représenter la même chose. Elaborer deux tests équivalents. Faire passer le premier formulaire à un groupe. Attendre un peu (ou pas !). Faire passer le second formulaire au même groupe. Calculer la corrélation.

Formes pseudo-névrotiques : différents types de névroses (phobique, obsessionnelles, émotionnelles, etc.) diagnostique structurel.

Formule de Spearman-Brown : rxx = (2rx1rx2)/(1+rx1rx2) (avec 2*la corrélation des 2 moitiés, divisé par 1+ la corrélation des 2 moitiés).

Foule : grand rassemblement pouvant arriver par hasard, respecte parfois des règles, pas de contact.

Fovea : région rétinienne la plus sensible aux détails.

Fréquence de décharge (taux de décharge) : Quantité de potentiel d’action produit par un neurone en unité de temps. Se mesure en hertz (PA par seconde).

Frontière cognitive mouvante : distinction entre la répétition présente de l’adaptation gestuelle à la situation et les répétitions passées des adaptations gestuelles analogues à des situations comparables. C’est le mobilum cogitans qui franchit la frontière cognitive mouvante chaque fois qu’il répète une adaptation gestuelle.

Frontière cognitive spatiale : séparation entre d’un côté l’objet connu et de l’autre côté, le mobilum cogitans qui entre en contact avec cet objet. C’est l’objet du monde qui franchit la frontière cognitive spatiale quand certaines de ses propriétés sont incorporées grâce à la transduction. 

Foyer éliptogène ou zone épileptogène : région précise et limitée du cortex cérébral d’où se déclenche les crises d’épilepsie partielle.

Fréquence : rapport de l’effectif d’une modalité à l’effectif total d’un groupe. Pourcentage dont a effectué l’opération. Diviser chaque effectif par le nombre total d’observation. Simple : effectifs de la modalité / effectif totale : fi = Xi/N. Cumulée se calcule en ajoutant la fréquence de la modalité à la fréquence totale des modalités antérieures. La dernière modalité est égale à 1.

Fréquences conditionnelles : fréquences des modalités d’un des caractères lorsque l’on se trouve dans une seule des modalités de l’autre.

Fréquence spatiale : motif utilisé pour mesurer l'acuité visuelle et la sensibilité aux contrastes et constitué d'une alternance de bandes foncées et de bandes claires. La fréquence spatiale est d'autant plus élevée que les bandes sont étroites.

Fréquence théorique : eij = (RiCj) / T, avec Ri = total de la rangée, Cj = total de la colonne, T = total global de toutes les cellules du tableau.

Frontière de syllabe : effet du passage d’une implosion à une explosion.

Frustration : sentiment résultant d'un manque, d'une privation. Selon l'hypothèse frustration-agression, lorsqu'un sujet ne parvient pas à atteindre son objectif, apparaît une tendance agressive orientée vers l'objet ou la personne, estimée comme cause de la frustration.

Fuseau neuromusculaire : le FNM : se trouve au sein du muscle. Allongement du muscle et adaptation. 2 types de fibres : Fibres extrafusales (hors fuseau) : contracte le muscle, commande les nerfs. Innervation par motoneurone alpha. Les motoneurones alpha envoient un message qui permet la contraction ; Fibres intrafusales : sont à l’intérieur du FNM dans la capsule du fuseau. (Connectées par : Fibres efférentes : motrices, du centre vers la périphérie. Elles commandent les fibres intrafusales ; Fibres afférentes : sensorielles, de la périphérie vers le centre. Système indépendant).



28/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1519 autres membres